NDC : le Business Travel Show sonde des Travel Managers perplexes…

L’avènement de la nouvelle norme de distribution NDC ne rassure pas les acteurs du voyage d’affaires. Au contraire : plus l’échéance approche, moins les travel managers sont confiants selon une étude réalisée par le Business Travel Show, en amont du salon londonien.

Business Travel Show
Le Business Travel Show se tient à Londres les 20 et 21 février

Alors que la norme NDC s’apprête à prendre le pouvoir dans le secteur aérien, les Travel Managers ne semblent pas avoir totalement apprivoisé ce dossier crucial. Pire : leur défiance à l’égard de la nouvelle norme et de ses conséquences augmente, à en croire une étude publiée par le Business Travel Show. Les organisateurs du salon londonien, qui se tiendra les 20 et 21 février prochains, ont sondé 134 acheteurs voyages, dont une majorité (74) de britanniques. Et les résultats interrogent quant à l’apport de la NDC.

L’an dernier par exemple, quatre Travel Managers sur dix (39%) ne savaient pas si les nouvelles stratégies de distribution des compagnies aériennes étaient une bonne chose ou non. Ils sont maintenant 59% d’indécis. Quant aux professionnels convaincus par la NDC, ils sont aujourd’hui un quart à la considérer comme une « bonne chose » (26%), contre plus d’un tiers (35%) lors de la précédente édition du Business Travel Show.

Il faut dire que les premiers signes ressentis par les acheteurs voyages vis-à-vis de la NDC n’ont rien de rassurant. En effet, pour 28% des sondés, la nouvelle norme a entraîné une augmentation des prix. Un chiffre qui se dégrade lui aussi puisqu’ils n’étaient que 18% à évoquer une hausse tarifaire l’an dernier. Quant à la transparence souvent mise en exergue pour défendre la NDC, elle n’est attestée que par 16% des travel managers, contre 18% l’an passé…

Je suis toujours très inquiet au sujet de la NDC

« Je suis toujours très inquiet au sujet de la NDC », témoigne Helder Mendes, responsable des relations avec les fournisseurs de voyages de NetJets Europe. « Il est trop tôt pour que [la NDC ait produit] des résultats visibles. Toutefois, si les compagnies aériennes sont en mesure de travailler grâce à NDC comme elles le prétendent, les acheteurs d’entreprise devraient être en mesure d’acheter précisément ce dont ils ont besoin, plutôt que ce que les compagnies aériennes les poussent à acheter. Autrement dit, si mon entreprise a besoin de billets d’avion à un tarif décent, avec un siège attribué, un bagage en soute, un bagage à main (…), un service fast track des billets et un billet semi-flexible, nous devrions pouvoir obtenir précisément cela, au lieu de devoir acheter des billets flexibles complets ou des tarifs supérieurs. Reste à savoir si c’est ce qui va se passer », conclut Helder Mendes.

Pour aider les Travel Managers à se faire une idée plus précise de la NDC – pour le meilleur et pour le pire – le programme du Business Travel Show intègre deux conférences dédiées : « NDC – Les acheteurs de voyages vont-ils y gagner ou y perdre ? » (le 20 février à 14h30) et « NDC – Quoi, pourquoi, comment, et feuille de route jusqu’en 2020 » (le 20 février à 16h00).