Oyo, une success story de l’hôtellerie indienne soutenue par Airbnb

Inconnu jusqu'il y a peu, l'hôtelier indien Oyo connaît une croissance fulgurante au point de faire partie du top 10 mondial. Airbnb va investir 200 millions de dollars dans cette success story, renforçant ainsi sa position dans l'hôtellerie.

Oyo Bangalore
L'Oyo Hotel Brigade Royale, un des 8500 établissements que compte aujourd'hui le groupe indien.

Airbnb continue de tisser sa toile dans le monde hôtelier. Après avoir racheté le site de réservation HotelTonight, le leader de la location d’appartements entre particuliers va investir entre 100 et 200 millions de dollars dans le groupe hôtelier indien Oyo. Airbnb rejoint ainsi d’autres investisseurs qui ont injecté un millard d’euros dans le développement de cette success story, notamment SoftBank, Sequoia Capital et China Lodging Group.

Avec un chiffre d’affaires de 1,8 milliard de dollars en 2018, Oyo a accédé au rang de “licorne” en tout juste dix ans. D’un seul hôtel en janvier 2013, Oyo dépasse aujourd’hui les 8500 établissements et les 450 000 chambres aujourd’hui. Ce qui positionne l’hôtelier indien parmi le top 10 mondial, avec l’ambition de devenir bientôt numéro un. Un objectif à sa portée si Oyo poursuit le rythme de sa croissance exponentielle. Le groupe fondé par Ritesh Agarwal – à l’âge de 18 ans ! – est passé de 13 millions de nuitées en 2017 à 75 millions en 2018, soit près de six fois plus en un an. Autre fait marquant : après 12 mois de présence en Chine, Oyo est devenu la troisième marque hôtelière du pays.

Couvrant 253 villes en Inde et presque autant en Chine, Oyo entend accroître sa présence à l’international. L’hôtelier est déjà présent en Asie au Japon, en Malaisie, au Népal, aux Philippines, en Thaïlande et en Indonésie, mais aussi en Arabie Saoudite et à Dubaï au Moyen-Orient. Depuis septembre 2018, Oyo est également présent à Londres avec quatre établissements actuellement et sans doute d’autres à venir, le groupe ayant aussi l’ambition de s’implanter à Manchester, Birmingham, Glasgow et Edimbourg.

Tout en développant toujours plus d’établissements, Oyo a commencé à segmenter son offre l’an dernier. Parti de l’hôtellerie économique, le groupe couvre désormais le milieu de gamme avec la Collection O destinée aux voyageurs d’affaires et les Oyo TownHouse à composante plus loisirs, les longs séjours professionnels avec Oyo SilverKey, les resorts haut de gamme avec Pallete, les auberges de jeunesse avec Oyo Living et la location de vacances avec Oyo Homes.

Le secret de cette réussite tient au modèle de développement d’Oyo, proche de la franchise. L’hôtelier indien propose aux propriétaires d’hôtels ou d’immeuble de transformer leurs propriétés en à peine 14 jours et de les convertir aux standards de la marque. Pour cela, Oyo s’appuie sur une une équipe d’experts en design, composée d’ingénieurs civils, d’architectes et de concepteurs, le résultat donnant des établissements dans l’air du temps, collant aux attentes des millenials.

Ce développement fulgurant revêt aussi un aspect technologique aussi bien vis-à-vis des hôteliers que des clients. Tandis que les propriétaires disposent d’applications destinées à la gestion immobilière, mais aussi opérationnelle de leur établissement – check in/check out, room service – , l’application destinée à la clientèle permet de réserver des chambres, de commander au roomservice, de réserver un taxi, de rechercher des restaurants à proximité en plus d’un service de conciergerie. Dans certaines villes en Inde, Oyo a aussi commencé à développer un service d’assistance et de sécurité avec un bouton SOS intégré dans l’appli.

Notre ambition est de changer la façon dont les gens résident loin de chez eux” : la vision d’Oyo colle avec celle d’Airbnb. D’où de nombreuses synergies potentielles. “Les marchés émergents comme l’Inde et la Chine font partie des régions où Airbnb affiche sa croissance la plus forte et celle-ci est de plus en plus soutenue par le tourisme en provenance ou à destination de ces marchés”, a déclaré Greg Greeley, président de la division “Homes” du groupe, cité par Reuters. Toujours selon la même source, Maninder Gulati, responsable de la stratégie mondiale de Oyo, estime que “la présence mondiale d’Airbnb et son accès aux communautés locales ouvriront de nouvelles opportunités pour OYO Hotels & Homes.” Au vu de la croissance de ces deux acteurs, la pression s’accroît sur les hôteliers historiques.