Le projet Railcoop sur le point de dérailler ?

Née en 2019, la coopérative ferroviaire Railcoop, qui souhaite relancer des liaisons entre Bordeaux et Lyon, peine à trouver son financement et ses autorails. Aucune date de lancement n'est désormais annoncée.
Railcoop compte faire circuler sur la ligne Bordeaux-Lyon des TER X72500 adaptés aux voyages longue distance.
Railcoop compte faire circuler sur la ligne Bordeaux-Lyon des TER X72500 adaptés aux voyages longue distance.

D’abord annoncée en juin 2022, puis repoussée à décembre, l’inauguration de la compagnie Railcoop est désormais reportée sine die en raison de difficultés pour boucler son financement auprès des banques. Soit les fonds nécessaires pour lui permettre d’acquérir les neuf autorails dédiés à l’exploitation de la future ligne Bordeaux-Lyon. Or Railcoop n’en possède actuellement que deux, dont un sera désossé afin de fournir des pièces de rechange lors des réparations de ce futur parc ferroviaire.

« Aujourd’hui, la poursuite de l’acquisition des rames est cautionnée au bouclage du tour de table financier« , a ainsi déclaré Alexandra Debaisieux, la directrice générale déléguée de Railcoop, lors d’une conférence de presse qui s’est déroulée jeudi à Clermont-Ferrand. « Nous avons bon espoir que les choses avancent rapidement« , a-t-elle ajoutée. Une aide est attendue de la part de certaines banques intéressées par ce projet pour lequel 7M€ ont déjà été apportés par les 12 000 sociétaires de la coopérative, dont 200 entreprises et associations situées sur le parcours.

Basée à Figeac, dans le Lot, Railcoop souhaite relancer des dessertes ferroviaires entre Bordeaux et Lyon, une ligne arrêtée en 2014 par la SNCF pour cause de rentabilité insuffisante. La coopérative doit cependant batailler avec SNCF Réseau pour obtenir les sillons nécessaires afin de programmer deux allers-retours Bordeaux-Lyon par jour, un trajet parcouru en 7h30 qui comprendra également des arrêts dans les gares de Périgueux, Limoges, Montluçon et Roanne.

Si le tour de table parvient à être bouclé, Railcoop pourra poursuivre l’acquisition des rames auprès de la SNCF et de la région Auvergne Rhône-Alpes puis engager leur rénovation par les ateliers ACC M de Clermont-Ferrand. Six mois seront alors nécessaires pour cette opération qui vise à créer un confort digne d’un voyage longue distance. Ces trains X72500 issus du réseau TER de la région Auvergne-Rhône-Alpes sont des autorails thermiques capables de circuler sur cette ligne transversale non électrifiée.

A noter qu’aucune subvention publique, notamment de l’Etat, n’a pour l’instant été apportée à ce projet qui est pourtant à la fois économique – via une relance d’une ligne transversale comme souhaitée par le précédent gouvernement – et écologique, avec la volonté de faire préférer le rail à la route en matière de mobilité. Depuis novembre, Railcoop opère d’ailleurs déjà des trains de fret entre le nord de Toulouse et Viviez-Decazeville dans l’Aveyron. Elle a ainsi déjà décroché son certificat de sécurité et sa licence d’entreprise ferroviaire.