Royal Air Maroc et oneworld célèbrent enfin leur alliance

Royal Air Maroc et oneworld ont célébré vendredi à Lagos l'intégration de la compagnie au sein de l'alliance. Une arrivée effective depuis deux ans, mais dont l'importance stratégique pour les deux partenaires méritait un coup de projecteur.
Royal Air Maroc
Les responsables de Royal Air Maroc et de oneworld célébrant l'intégration de la première compagnie africaine au sein de l'alliance, après deux ans d'attente (Photo Florian Guillemin)

La fierté était perceptible dans les regards de l’équipage du vol AT555, qui en ce vendredi 25 mars voyait pleuvoir sur le Boeing 737 de Royal Air Maroc le traditionnel « water salute » propre aux grands événements. Il faut dire que la compagnie marocaine et ses équipes ont dû faire preuve de patience et de résilience avant de voir ainsi célébrer, sur le tarmac de l’aéroport de Lagos, leur arrivée dans l’alliance oneworld, effective depuis le 1er avril 2020. Deux longues années marquées comme l’ensemble des compagnies aériennes par la crise sanitaire, avec en point d’orgue une fermeture des frontières du Royaume finalement levée en février dernier.

Nombre d’événements seraient simplement « passés à la trappe » durant un tel laps de temps. Pas celui-ci. Au contraire, les deux partenaires ont prévu des célébrations en série, d’abord à Abidjan, puis donc à Lagos le 25 mars. Preuve s’il en fallait que l’arrivée de cette quatorzième compagnie dans les rangs de oneworld n’a rien d’anecdotique. Les voyageurs d’affaires ont d’ailleurs déjà pu en apprécier les retombées concrètes, avec une qualité de service en constante amélioration. Car en rejoignant oneworld, Royal Air Maroc leur ouvre la porte de 650 salons d’aéroports dans le monde, un millier de destinations, et la possibilité de cumuler et d’utiliser des miles avec les treize autres compagnies membres.

Royal Air Maroc
Le Boeing 737 de Royal Air Maroc a été honoré par un « water salute » à son arrivée sur le tarmac de Lagos, au Nigéria (Photo FG)

Première compagnie africaine chez oneworld

Importante, cette adhésion de Royal Air Maroc l’est à n’en pas douter pour oneworld. Car il s’agit là de la première compagnie africaine à rejoindre l’alliance d’American Airlines, British Airways ou encore Iberia. Et compte tenu des perspectives prometteuses de la région, le hub de Casablanca est appelé à jouer un rôle stratégique dans l’avenir proche de oneworld et de ses membres. D’ailleurs, seules trois autres compagnies africaines sont aujourd’hui membre d’une alliance globale, à savoir Kenya Airways, Ethiopian Airlines et South African Airways. Une configuration qui a logiquement influé sur la décision de Royal Air Maroc, comme l’explique Karim Benchekoun, CFO de la compagnie marocaine : « Nous avons fait beaucoup d’analyses, et nous avons identifié que la meilleure alliance pour nous était oneworld, car elle ne comptait pas de compagnie membre en Afrique. Skyteam et Star Alliance avaient déjà une forte présence en Afrique, et notre objectif est de compléter le réseau des compagnies membres. Il était donc plus naturel pour nous de rejoindre oneworld, avec les bénéfices que cela représente en termes de réseau ».

Royal Air Maroc amène oneworld en Afrique, mais amène aussi l’Afrique à oneworld

« Royal Air Maroc amène oneworld en Afrique, mais amène aussi l’Afrique à oneworld, ce qui est très important », résume Karim Benchekoun, qui peut se targuer d’ajouter une trentaine de destinations au réseau de l’alliance sur le continent africain. Ce nouveau point d’ancrage régional de oneworld devrait en outre gagner en consistance, alors que Royal Air Maroc compte bien étoffer son catalogue en Afrique. D’abord en soignant son réseau existant en termes de fréquences et de capacités sur la période 2022-2023. Puis en améliorant sa couverture du territoire en ciblant des destinations moyen-courriers. « Nous sommes résolus à desservir l’Afrique de l’Est », assure Karim Benchekoun. « Il y a des projets à Kigali, Nairobi, Addis Abeba … Ces destinations sont dans les tuyaux, mais avec la crise toutes les compagnies aériennes font face à des difficultés économiques. Il est donc plus probable que ces lignes soient lancées en 2024 ou 2025 », précise-t-il.

Royal Air Maroc
Karim Benchekoun (Royal Air Maroc) a œuvré dès les prémices du dossier avec le CEO de oneworld Rob Gurney pour intégrer la compagnie dans l’alliance (FG)

L’arrivée de Royal Air Maroc dans l’alliance marque aussi et surtout une étape majeure dans l’histoire de la compagnie fondée en 1957, en même temps qu’elle pave la voie vers un futur ambitieux. Ambitieux, et surtout exigeant, car rallier oneworld signifie se plier à un strict cahier des charges, et se hisser au niveau des standards adoptés par des membres prestigieux. « Quand on parle des compagnies membres de oneworld, on parle d’American Airlines, la première compagnie mondiale, on parle de British Airways, d’Iberia, de Finnair, Malaysia ou Quantas… On parle donc des meilleures compagnies dans le monde. Et faire partie de ce club est un véritable honneur pour nous ». La compagnie avait pourtant réussi à surprendre ces prestigieux interlocuteurs lors de son adhésion, comme le rappelle le CEO de oneworld, Rob Gurney : « Lorsque nous avons annoncé pour la première fois que Royal Air Maroc allait rejoindre oneworld, nous nous attendions à ce qu’elle « embarque » avec nous à la mi-2020, soit 18 mois plus tard. [Les responsables de Royal Air Maroc] ont achevé le programme de mise en œuvre en 15 mois ». Mais le plus dur reste peut-être à venir, car Royal Air Maroc est désormais tenue de se maintenir au niveau de ses partenaires. Tant mieux : les dirigeants de la compagnie ont visiblement dans l’idée de faire entrer la RAM dans une nouvelle dimension.