SNCF-Alstom : le projet de TGV du futur avance

M comme modernité, mobilité et surtout modularité : la nouvelle génération de TGV avance à son rythme. Mise en service prévue en 2024.

TGV-futur
Le futur TGV conçu par Alstom pour la SNCF © Alstom Design & Styling

Les voyageurs d’affaires devront attendre l’été 2024 pour voir sa mise en service par la SNCF à l’approche des Jeux olympiques de Paris. Mais le TGV du futur avance et les contours du train Avelia Horizon ont été présentés hier dans les ateliers d’Alstom à Aytré, près de La Rochelle, lors d’un point d’avancement sur le projet avec la SNCF. Un TGV annoncé comme plus écologique, constitué à 97 % de matériaux recyclables pour une réduction de 32 % des émissions de CO2 et de 20 % de la consommation d’énergie.

Le nom de code donné par la compagnie ferroviaire à cette nouvelle génération de trains à grande vitesse, le TGV “M”, évoque les nombreuses avancées proposées par rapport aux modèles actuels. M comme mobilité, les rames offrant une grande autonomie aux personnes handicapées, y compris à l’étage ; M comme modernité avec un éclairage à leds modulable, une climatisation améliorée, de larges baies vitrées et, naturellement, un réseau internet et wifi ad hoc pour une parfaite connectivité et des milliers de capteurs pour optimiser la maintenance ; mais, surtout, M comme modularité.

C’est même là la principale innovation du TGV “M”, et le gage de sa rentabilité future. Car le train pourra accueillir 740 passagers, soit 20 % de plus que les rames actuelles, sans pour autant que l’espace dédié à chaque siège soit rogné. Par ailleurs, les rames pourront osciller entre sept et neuf voitures selon les besoins, avec un aménagement intérieur entièrement modulable. Ainsi, il ne faudra qu’une demi-journée pour transformer une voiture de première classe en seconde classe, et vice versa. Ce qui permettra d’exploiter le train en configuration premium InOui ou en format low cost Ouigo. Pour rappel, en 2018, la SNCF avait passé commande à Alstom d’une centaine de rames pour un montant de trois milliards d’euros.