La SNCF réduit son offre face au confinement étendu

La SNCF dévoile un programme revu à la baisse, alors que trois départements supplémentaires sont à nouveau confinés : l’Aube, la Nièvre et le Rhône.
SNCF
La baisse de mobilité liée au confinement pousse la SNCF à réduire ses fréquences.

Une semaine après l’annonce d’un reconfinement dans seize départements français, l’Aube, la Nièvre et le Rhône rejoignent les territoires sous restriction. Dans ces trois départements s’applique donc également une mobilité limitée à un rayon de 10 km, et l’interdiction de déplacement inter-régionaux sauf motifs impérieux ou professionnels.

La SNCF avait prévenu suite aux annonces du Premier Ministre le 18 mars dernier : « Les prochains jours permettront d’observer l’évolution des besoins de déplacements des voyageurs, avant d’adapter, le cas échéant, l’offre de transport proposée pour y répondre ». Le nouveau plan de transport dévoilé le 25 mars par la compagnie ferroviaire est donc marqué par une baisse de l’activité en lien avec un recul de la demande : « Suite aux annonces du 18 mars, SNCF Voyageurs constate un niveau de réservations dans les trains de longue distance pour le mois d’avril à ce stade en recul de 65% par rapport à ce qui était observé en 2019 à la même période », indique le groupe dans un communiqué.

Concrètement, à compter de lundi, l’offre tombera à 3 TGV sur 10 sur l’axe Nord – le plus touché par le reconfinement – mais la ligne Paris-Lille bénéficiera d’un « renfort » avec 4 TGV sur 10. Toutes les villes des Hauts-de-France seront reliées à Paris au moins deux fois par jour. Sur l’axe Est, la SNCF assurera 4 à 5 TGV sur 10, contre 5 à 6 sur l’axe Atlantique. Quant à l’axe Sud-Est, la SNCF maintient son offre actuelle de 6 TGV sur 10 en semaine. Tous les axes devraient en outre être renforcés en période de demande accrue, notamment pendant les vacances qui approchent.

Pour les déplacements professionnels à l’international, les voyageurs d’affaires doivent également se préparer à une offre réduite. Seul un aller-retour quotidien sera assuré sur le réseau Eurostar entre Londres et Paris, tout comme sur l’axe Londres-Lille-Bruxelles-Amsterdam. Les liaisons entre Paris et Bruxelles seront plus étoffées, avec 4 aller-retour par jour assurées par Thalys, dont une liaison jusqu’à Amsterdam et une autre jusqu’à Dortmund. Les réseaux Lyria (6 aller-retour vers la Suisse et Alleo 8 aller-retour par jour vers l’Allemagne seront aussi opérationnels. La SNCF précise que tous les billets sont échangeables et remboursables sans frais jusqu’au dernier moment.