Le ferroviaire prend le pas sur l’aérien en Suisse

Chaque année, le transport aérien cède un peu plus le pas au ferroviaire en Suisse. Preuve en est, le lancement du service « Flugzug» par la compagnie aérienne Swiss entre Genève et l'aéroport de Zurich. Autre projet en cours, le raccourcissement des trajets vers Milan.

La gare de Genève Cornavin, nouvelle destination desservie par Swiss (Photo: LC)

Baisse du trafic lié au Covid-19 et sensibilité toujours plus grandes aux questions environnementales : voici les deux facteurs qui auront certainement poussé la compagnie Swiss à développer une nouvelle offre entre Genève et Zurich… cette fois-ci, non plus par avion, mais par le train. Rien pourtant de bien révolutionnaire toutefois, car Swiss va commercialiser sous son propre code certains trains déjà en circulation sur l’axe Genève Cornavin-aéroport de Zurich. La navette ferroviaire est baptisée le « Flugzug»(en allemand le « train-avion») et elle est déjà en service sur Zurich-Bâle et Zurich-Lugano.

Des trains Genève-Zurich sous numéro de vol Swiss 

L’objectif est de maintenir une parfaite connectivité entre la Suisse romande et le hub de Swiss. L’intégration de Genève dans ce service de navette ferroviaire permet aux passagers du transporteur aérien prenant le train de bénéficier de garanties de réacheminement ou de changement de réservation en cas de problème sur le rail. Le billet d’avion intègre d’ailleurs le prix du trajet ferroviaire Genève-Zurich.

La nouvelle navette ferroviaire vient en complément des liaisons aériennes déjà assurées entre les aéroports de Genève Cointrin et de Zurich, dont la fréquence a cependant fortement diminué en raison de la pandémie de coronavirus.

Elle correspond aussi à l’air du temps, comme le souligne Thomas Klühr, président de la compagnie filiale de Lufthansa : « Le fait d’étendre à Genève notre service de navette ferroviaire offre à nos passagers encore plus de possibilités lorsqu’ils planifient leur voyage avec Swiss. Cette offre répond également au souhait croissant de nos clients de combiner avec souplesse les deux modes de transport ».

Temps de parcours réduit entre Suisse et Italie

De fait, Swiss devrait probablement à terme pouvoir étendre ce concept du «Flugzug» au-delà des frontières helvétiques. L’horaire d’hiver des Chemins de fer suisses (CFF) va finalement voir l’ouverture du tunnel du Ceneri, après 28 ans de travaux. Inauguré le 13 décembre, ce tunnel fait partie des Nouvelles Liaisons Ferroviaires à travers les Alpes (NLFA) une infrastructure estimée à plus de 20 milliards d’euros. Les NLFA font partie d’un projet européen reliant à terme par le rail Rotterdam à Gênes. La mise en service du tunnel du Ceneri est une nouvelle étape et suit les ouvertures des tunnels du Lötschberg et du Gothard en 2007 et 2011.

Situé dans la prolongation sud du tunnel du Gothard, le Ceneri a une longueur de 15,4 km. Il va permettre de raccourcir le temps de parcours entre Zurich et Lugano à tout juste deux heures. Ce qui mettra également la métropole suisse à seulement trois heures dix-sept minutes de Milan. Un temps de parcours imbattable par rapport à l’avion.

Le tunnel de Ceneri contribuera aussi à améliorer la connectivité entre la Suisse Romande et le Tessin. Les parcours sur la ligne Neuchâtel-Lugano seront réduits de trente minutes à 3h32, soit une demi-heure de moins que le temps de trajet actuel. Sur Lausanne-Lugano, la durée s’élèvera à 4h14, soit 18 minutes de moins qu’aujourd’hui.

Les CFF annoncent en parallèle une densification de la desserte ferroviaire entre Zurich et Munich. Six trains circuleront quotidiennement avec un temps de parcours réduit à quatre heures. Actuellement, seuls deux trains assurent chaque jour cette liaison en 4h45 de moyenne.