Retour en force des Airbus A380 sur Qatar Airways

Qatar Airways remet en service ses Airbus A380 par pure nécessité. En effet, la compagnie immobilise depuis août sa flotte d'Airbus A350. Et elle doit désormais faire face à un retour de la demande...
Qatar Airways remet en selle son Airbus A380 pour pallier à l'immobilisation de ses A350. (Photo : Flickr- Clément Alloing)

Il y eu d’abord l’Airbus A330 qui avait du reprendre du service dès août dernier chez Qatar Airways. Et maintenant c’est au tour de cinq Airbus A380 de sortir de leur retraite et d’être réactivés sur de nombreuses lignes aériennes de la compagnie qatari. Une opération qui ne se déroule pas de gaieté de coeur à en croire le PDG de la compagnie, Akbar Al-Baker.

« La récente immobilisation au sol de 19 A350 ne nous a pas laissé d’autre choix que de ramener temporairement une partie de notre flotte d’A380 sur les principales liaisons d’hiver. Ces immobilisations sont dues à un problème permanent de dégradation accélérée de la surface du fuselage sous la peinture. Il n’a pas encore été résolu avec le constructeur et la cause profonde n’est pas encore connue », décrit le PDG.

Les A350 ont actuellement interdiction de voler sur ordre de l’aviation civile qatari. Or, Qatar Airways fait face à une réduction de capacité de sa flotte, alors même que reprend la demande de vols. Et que Qatar Airways rouvre peu à peu la plupart des escales qu’elle desservait avant la pandémie.

Un retour temporaire

La compagnie est ainsi contrainte de réactiver au moins cinq des dix A380 parqués sur l’ancien aéroport de Doha. Les avions devraient voler à partir du 15 décembre, desservant notamment Londres-Heathrow et Paris-CDG.

« Cette décision difficile reflète la gravité du problème de l’A350. Elle se veut une mesure à court-terme pour nous aider à équilibrer nos besoins commerciaux. Elle ne signifie pas une réintroduction permanente de notre flotte d’A380. Cette dernière a été cloué au sol en faveur d’avions plus économes en carburant au début de la pandémie de Covid-19″, souligne Akbar Al-Baker.

« Pour l’avenir, nous restons déterminés à trouver des solutions alternatives pour répondre à la demande des clients. Et maintenir les plus hauts niveaux de durabilité et d’expérience client pour nos passagers. Nous continuons d’exhorter fortement Airbus à donner la priorité à ses enquêtes sur la cause profonde du problème affectant l’A350. Et à s’assurer qu’il propose une solution permanente pour réparer les dommages et corriger cette cause », indique le PDG de la compagnie.