L’Accor Arena se met au travail hybride avec Spaces

Dans le cadre de sa transformation en lieu de vie, l'Accor Arena reconvertit ses loges et salons en lieu de travail hybride avec un centre de coworking Spaces pouvant accueillir 200 professionnels nomades.
Une des loges de l'Accor Arena transformée en bureau privatif.
Une des loges de l'Accor Arena transformée en bureau privatif.

La vie de bureau, mais bien plus encore : un lieu de travail au coeur de la plus grande salle de sports et de spectacles parisienne, l’Accor Arena. Le cadre est singulier et c’est celui qu’a choisi l’enseigne Spaces pour ouvrir ce mois de mars un espace de coworking à nul autre pareil, et qui incarne à sa façon les frontières de plus en plus floues entre travail et loisir. « En plus de travailler dans un cadre inédit, les coworkers pourront poursuivre leur journée de travail en profitant d’un concert, en allant prendre un verre ou dîner dans notre restaurant« , décrit Nicolas Dupeux, directeur général de l’Accor Arena.

Parmi les cinq plus grandes salles de ce type dans le monde, l’Accor Arena avait dévoilé en septembre dernier l’ambition de se transformer en lieu de vie avec l’ajout d’un food court ouvert en journée, l’Ami Coq, et d’un bar commençant à s’animer à l’heure de l’afterwork, baptisé Johnny’s en hommage au plus célèbre des rockers français. Dans cette volonté d’élargir son activité du matin jusqu’au soir, mais aussi tout au long de l’année, l’Accor Arena a formé un partenariat avec le groupe IWG pour étendre le champ des expériences au travail hybride.

Cette évolution, favorisée par la proximité de l’ex-POPB avec la gare de Lyon et le siège de nombreuses entreprises ou encore du ministère des Finances, rencontre aussi les aspirations d’IWG pour des lieux de travail aux services étoffés. « Cette collaboration nous permet de concrétiser un projet de longue date, celui d’amener le travail non seulement au plus proche du domicile des travailleurs mais également au plus proche de leurs activités extra-professionnelles« , explique Christophe Burckhart, directeur général d’IWG France, qui avoue que l’exemple du Spaces Accor Arena lui donne des idées pour déployer cette offre ailleurs, par exemple dans des stades en province.

Le leader mondial des espaces de travail flexible s’était déjà aventuré dans une enceinte sportive avec un centre d’affaires Regus hébergé en permanence dans les murs du Stade de France depuis 2014. Mais, avec le Spaces Accor Arena, l’idée va bien plus loin, puisqu’elle met à profit les périodes creuses de la salle en convertissant ses loges et salons à un usage professionnel. Ouvert de 8h à 20h, accessible par l’entrée VIP des loges et salons, le centre peut accueillir 200 personnes et comprend un espace de coworking dédié aux clients de passage ainsi qu’aux adhérents de la formule Membership proposée par IWG, donnant accès à tout le réseau du groupe dans le monde.

Les salons Ippon et Sprint de l’Accor Arena se sont de leur côté métamorphosés en open spaces de 20 et 40 postes de travail qui se réservent au mois, pour les professionnels nomades désirant profiter du lieu sur une plus longue durée. Quant aux loges attenantes à la salle de concert, toutes de 25 m2, 40 d’entre elles sont convertibles en bureaux privatifs pour quatre personnes. Doté d’un sofa, d’une télévision et d’une table haute, leur aménagement se prête parfaitement à des échanges business informels.

Pour compléter l’offre, quatre de ces loges font office de salles de réunions créatives et se louent à l’heure, à la demi-journée ou à la journée. Chacune de ces loges met en avant une marque connue – Spotify, Heineken, Instagram et Facebook – et joue sur l’ambiance et les couleurs emblématiques de ces marques, passant du vert au bleu en passant par le rouge orangé. En outre, le bar Infinity se prête en journée à des réunions informelles ou des rencontres entre coworkers en fin de journée, les clients du Spaces Accor Arena bénéficiant aussi de 15% de réduction au restaurant l’Ami Coq et au bar Johnny’s.

Reste évidemment la grande question : mais que deviennent tous ces travailleurs nomades le jour des événements, à l’approche des grands concerts ? Ils sont invités à quitter les lieux à 14h, des casiers étant prévus pour qu’ils puissent laisser leurs affaires en toute sécurité, tout en étant les bienvenus dès 8h le lendemain matin. De légers inconvénients que le centre Spaces compense par une tarification attractive avec, par exemple, des postes de travail à 350 euros le mois.

Avec l’implantation d’un centre de coworking dans ses murs, l’Accor Arena complète son offre dédiée à la clientèle corporate, allant du professionnel nomade de passage qui a besoin de se poser quelques heures à l’accueil de grandes manifestations de 20 000 personnes dans sa salle principale. Une offre MICE qui sera bientôt renforcée par l’inauguration prévue en septembre du Phantom, un lieu festif et modulable conçu par Paris Society. Décor industriel, jeux de miroir au plafond, mezzanine avec des espaces cosy : dédié principalement aux aftershows et aux plus petits concerts, le Phantom pourra aussi accueillir des séminaires de 2 000 à 3 500 personnes.