Aérien, ferroviaire : un point sur l’impact du coronavirus Covid-19

L’épidémie de Coronavirus s’étend, touchant toujours plus de pays, et affectant ainsi les transports. Ce qui perturbe les liaisons aériennes à travers le monde et même jusqu’aux liaisons ferroviaires en Europe. Un point sur la situation au 25 février.

Milan Linate DR
Les aéroports de Milan (ici Linate) fonctionnent normalement, malgré les nombreux cas Covid-19 détectés récemment

EUROPE

En Italie, au matin du 25 février, les aéroports de Milan Linate, Milan Malpensa, Bergame ainsi que Venise restaient ouverts au trafic aérien, malgré le pic de cas Covid-19 détecté le week-end dernier. Depuis la fin janvier, des mesures de sécurité ont été mises en place dans les principaux aéroports italiens comme l’interdiction depuis le 30 janvier des vols à destination de la Chine – y compris Hong Kong et Taiwan. Depuis le 5 février, le contrôle de la température est étendu à tous les passagers des vols européens et internationaux arrivant dans les aéroports italiens. Les aéroports de Rome Fiumicino et Ciampino, Turin, Gènes et Venise indiquent également opérer tous les vols réguliers selon les horaires habituels.

La situation ferroviaire entre l’Italie, l’Autriche et l’Allemagne est néanmoins plus complexe. L’Autriche a annoncé bloquer tout convoi ferroviaire sur lequel elle soupçonnerait la présence de voyageurs pouvant être atteints par le coronavirus. Le pays avait déjà stoppé deux convois à la frontière du col du Brenner dimanche dernier. L’Autriche se garde le droit de procéder à nouveau à des arrêts arbitraires de trains.

ASIE

Après la suspension des lignes aériennes avec la Chine – incluant une forte réduction des vols avec Hong Kong, Macao mais aussi Taiwan, le nombre de vols vers la Corée, la Thaïlande et Singapour est en forte diminution, ces trois pays ayant le plus grand nombre de cas de personnes affectées par le coronavirus Covid-19 hors de Chine sur le continent asiatique. Un PNC (personnel navigant) de Korean Air a même été détecté positif lors d’un test.

Les réductions de vol en Corée n’affectent que les liaisons sur l’Asie tandis qu’au départ de Singapour et de Bangkok, certaines fréquences ont été supprimées sur plusieurs lignes. L’ensemble des destinations desservies par Singapore Airlines et Thai Airways International continuent d’être programmées même à fréquences réduites.

MOYEN-ORIENT

La situation a dramatiquement évolué au cours des dernières 72 heures avec l’annonce de cas détectés de malades au Bahreïn et à Oman. Un nombre important de cas de coronavirus Covid-19 en Iran a conduit à la suspension de nombreuses lignes aériennes vers ce pays. Turkish Airlines – l’une des compagnies les plus actives sur l’Iran – ne vole plus que sur Téhéran pour le moment, après avoir suspendu ses liaisons vers les villes secondaires comme Ispahan, Machhad ou Chiraz. Cependant, la compagnie n’accepte pas de nouvelles réservations sur Téhéran jusqu’au 11 mars. Les compagnies Flydubai, Omanair et Pegasus ont réduit leurs fréquences au minimum, la plupart du temps en ne conservant qu’un à deux vols par jour vers Téhéran.

Kuwait Airways a en revanche suspendu toutes ses lignes vers l’Iran, tout comme l’ont fait mardi midi la Jordanie, l’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis. La compagnie a également cessé les dessertes de l’Italie, de la Corée et de la Thaïlande. A tous les passagers ne souffrant d’aucun symptôme et voyageant avec Qatar Airways en provenance d’Iran et de Corée du Sud, la compagnie demande de rester confinés chez eux ou d’être mis en quarantaine durant 14 jours.