L’aéroport de Luxembourg se métamorphose en Airport City

L’aéroport de Luxembourg entre dans une grande période de travaux pour se transformer en une Airport City pour les hommes d’affaires. Un investissement stratégique alors que de nombreux aéroports régionaux sont menacés par la fin des subventions européennes.

Luxembourg Airport City
Les visant à transformer l'aéroport de Luxembourg en Airport City doivent débuter en 2020.

Pendant longtemps, l’aéroport de Luxembourg Findel est resté assoupi, se contentant de son trafic d’hommes d’affaires de la finance où des institutions européennes tandis que, durant les week-ends, les charters emmenaient surtout des vacanciers allemands au soleil. De 1997 à 2010, le trafic passager n’a cessé d’osciller entre 1,2 et 1,6 millions de passagers. Mais depuis, les choses ont changé : plus de 2 millions de voyageurs y ont été accueillis en 2013, plus de 3 millions en 2016 et plus de 4 millions l’an passé. L’aéroport devrait terminer 2019 avec un total de 4,3 à 4,5 millions de passagers.

Il faut dire que l’aéroport de Luxembourg est au cœur de cette grande euro-région de près de 5 millions d’habitants appelée Sar-Lor-Lux, regroupant le Land de Sarre en Allemagne, la Lorraine et le Luxembourg. En étant à la fois capitale du Grand-Duché et une des trois capitales européennes, Luxembourg a les meilleures chances de s’affirmer comme la porte d’entrée aérienne de la région. Et ce, malgré la proximité de sept autres aéroports dans un rayon de moins de 200 km.

Luxembourg a cependant un atout de taille : celui d’avoir une compagnie basée à l’aéroport, en l’occurrence le transporteur national luxembourgeois Luxair. Il représentait près de 52% de tout le trafic passagers en 2018, un chiffre cependant en forte baisse par rapport au début de la décennie. A l’époque, Luxair générait 76% de tout le trafic sur la plateforme de Findel.

Un autre atout se profile à l’horizon en faveur de Luxembourg. L’arrêt des subventions publiques aux aéroports prévus en 2024 par l’Union Européenne devrait en fait favoriser Luxembourg et probablement se traduire par de sérieuses difficultés financières pour les plus proches concurrents, les aéroports de Metz-Nancy-Lorraine et de Sarrebruck.
Selon une étude du ministère français de l’Environnement sur les aides d’Etat aux aéroports, publiée en 2016, les aéroports de moins de 700 000 passagers n’ont pas un trafic suffisant pour dégager une rentabilité financière leur permettant de se priver de subventions. Or le trafic ne dépasse pas les 300 000 passagers à Metz-Nancy, tandis qu’à Sarrebruck, il stagne autour de 400,000 voyageurs.

Une opportunité que saisit donc la plate-forme luxembourgeoise, qui souhaite se transformer en un véritable pôle de transports ainsi qu’en un centre d’affaires. Les travaux vont donc débuter en 2020 avec la construction du projet Airport City. Il prévoit le développement à proximité de l’aérogare de 15 000 m² de bureaux mais aussi des commerces, espaces de restauration, un hôtel de 120 chambres, des parkings ainsi qu’une gare de tramway d’ici 2022. L’investissement représente entre 25 et 35 millions d’euros. A terme, jusqu’à 40 000 mètres carrés et 2 000 places de stationnement pourront voir le jour. En 2021 sera également effectuée la rénovation de la piste de l’aéroport.

La gare de tramway va permettre de relier directement le centre des expositions de Luxembourg, le plateau du Kirchberg ou sont situées les institutions européennes et la Gare Centrale. Il faudra compter une vingtaine de minutes pour se retrouver au cœur de la ville. La gare de tramway de l’aéroport servira de pole transports pour toute la région, accueillant des bus en provenance du reste du pays mais aussi de France et d’Allemagne.
Luxembourg est de fait l’aéroport le mieux desservi pour rejoindre la région Sar-Lor-Lux avec une soixantaine de destinations. La plateforme offre par exemple plus de vols vers la France que l’aéroport de Metz-Nancy. Le transporteur national Luxair vole plusieurs fois par jour sur Paris CDG ainsi que sur Nice. Luxair a annoncé qu’elle lancera en mars prochain deux nouvelles lignes vers la France, la première à destination de Nantes et la seconde vers Montpellier. La compagnie proposera deux vols hebdomadaires vers chacune de ces villes. Outre Luxair, easyJet relie Luxembourg à Bordeaux, Ryanair à Toulouse et Volotea à Marseille et Nice. Et pendant la haute saison, Luxembourg est également relié à la Corse ainsi qu’à Biarritz.