Air France laisse le champ libre à Transavia sur les lignes intérieures

Air France est en train de préciser sa réorganisation. Transavia va monter en puissance entre Orly et les régions françaises ainsi qu’à Lyon et sur certaines lignes transversales.

Transavia
La restructuration d'Air France doit passer par la montée en puissance de Transavia en régions

Le plan de restructuration du groupe Air France confirme aujourd’hui la fermeture d’une partie de ses lignes intérieures, afin de tenir l’objectif d’une réduction de 40% de ses capacités sur le réseau domestique français d’ici la fin 2021. C’était l’une des conditions posées par l’Etat français à un soutien financier totalisant sept milliards d’euros, dont quatre milliards de prêts bancaires garantis. La compagnie devrait également supprimer 7 500 postes.

Dans l’œil du cyclone figurent donc des destinations au départ d’Orly sur des lignes où des trains constituent une alternative ferroviaire de moins de 2 heures 30. Au départ des régions, la compagnie devrait fermer les routes transversales très déficitaires.

LIRE AUSSI : « Est-ce vraiment la fin des lignes domestiques ?« 

Cela va se traduire par la fermeture des lignes Orly-Lyon et Orly-Nantes, ainsi que de la fameuse navette aérienne entre Orly et Bordeaux. Selon diverses sources, d’autres lignes devraient être transférées à la filiale low-cost, Transavia. Cette dernière pourrait ainsi, pour la première fois – devenir un véritable acteur du transport intérieur français et opérer des lignes domestiques avec une structure « plus adaptée » selon des sources internes a la compagnie.

Surtout, Transavia travaillerait avec des coûts capables de concurrencer les vols low-cost comme easyJet ou Volotea sur certaines lignes. Transavia pourrait dès lors récupérer les lignes d’Orly vers Biarritz, Brest, Montpellier, Perpignan ou encore Toulon. Le transporteur low-cost va également récupérer les lignes les plus fréquentées au départ de Lyon, le hub régional de HOP ! Air France, comme par exemple les vols sur Nice.

Transavia pourrait également assurer quelques fréquences sur Nice ou Toulouse depuis Orly afin de mieux concurrencer easyJet. Mais la direction d’Air France a néanmoins confirmé qu’elle continuerait d’exploiter ses navettes vers Marseille, Nice et Toulouse et des lignes sur la Corse.

Transavia devrait également opérer sur certaines lignes entre le sud de la France et le reste de l’Hexagone. Sa base de Montpellier serait idéale pour des vols entre la cité languedocienne et des villes comme Lille, Nantes ou Strasbourg. Des négociations ont été ainsi menées avec les syndicats pour lever la clause qui limite jusqu’à présent le périmètre opérationnel de Transavia sur les lignes internationales moyen-courrier.

La Directrice Générale d’Air France, Anne Rigail, s’est voulue cependant rassurante. Selon ses déclarations, le groupe Air France, notamment avec la montée en puissance de Transavia, devrait maintenir 95% de ses destinations en France et plus de 80% de son offre en sièges sur le réseau domestique. On assistera davantage à un jeu de chaises musicales entre Air France, HOP et Transavia plutôt qu’à une disparition en bonne et due forme du pavillon national sur le domestique.