L’Autriche ferme ses portes à l’Italie

Le chancelier Sebastian Kurz vient de faire adopter des mesures drastiques pour combattre l'impact éventuel du coronavirus en Autriche, notamment vis-à-vis de l'Italie.

L'aéroport de Vienne

La mesure la plus spectaculaire prise en Autriche concerne la fermeture quasi-totale des frontières avec l’Italie. Dans un sens comme dans l’autre, les voyageurs seront repoussés, les vols et liaisons ferroviaires étant désormais totalement suspendus. Le trafic ferroviaire s’arrête ce mardi 10 mars au soir. Les trains circulant en provenance d’autres pays d’Europe ont désormais pour terminus Innsbruck, à 40 km au nord de la frontière sur le col du Brenner.

En revanche, les passagers en voiture, qui passent par l’Autriche pour rejoindre un pays tiers, y seront autorisés mais sans arrêt dans le pays. L’Autriche s’occupe aussi de rapatrier les Autrichiens encore présents en Italie.
Dès mercredi, les rassemblements de 500 personnes en extérieur sont interdits et de plus de 100 personnes en salle. Les universités seront également fermées à partir de lundi prochain tout comme les cinémas et salles de spectacles.

Sebastian Kurz
Le chancelier autrichien Sebastian Kurz a officialisé mardi des mesures drastiques concernant les échanges avec le voisin italien (Twitter)

Au dernier pointage de cas de coronavirus publié le 11 mars au matin par le Ministère des Affaires Sociales, l’Autriche comptait 206 personnes ayant été testées positives au COVID-19, le plus grand nombre de cas ayant été enregistrés à Vienne (50), en Basse-Autriche (45) et au Tyrol (37).

L’aéroport de Vienne a indiqué le 11 mars enregistrer une baisse du nombre de ses passagers de l’ordre de 30% depuis le début mars, en fort contraste avec les résultats du mois de février. La plate-forme avait enregistré le mois dernier une hausse de 8,3% du nombre de ses passagers par rapport à février 2019, avec cependant une exception notable : le trafic vers l’Asie affichait un recul de plus de 10%, sous l’effet du COVID-19.