Berlin : retour en capitale pour la GBTA Europe

La conférence annuelle de la GBTA Europe s’est tenue cette semaine à Berlin, pour faire le point sur les problématiques actuelles du voyage d’affaires, et dégager des pistes de réflexion pour les années à venir.

GBTA Europe
Dirk Gerdom, président de la VDR, a annoncé en ouverture de la conférence GBTA Europe qu'il ne postulerait pas à un nouveau mandat à la tête de l'association allemande du voyage d'affaires

Après s’être un temps focalisée sur Francfort, la conférence annuelle de la GBTA Europe (Global Business Travel Association) a donc migré cette année vers Berlin, au sein du Estrel Congress Center, quatre ans après le dernier événement de l’association en terre berlinoise. Un come-back réussi, à en croire les belles affluences enregistrées durant ces trois jours de conférences et d’échanges, placés sous le thème du « Momentum ». Du 27 au 29 novembre, ce sont ainsi quelque 900 participants qui ont convergé vers le Sud de la capitale allemande pour répondre à l’appel de l’association. Parmi eux, outre la logique représentation du marché domestique, nombre de Travel Managers originaires des pays nordiques. Mais aussi une importante délégation de professionnels français du voyage d’affaires : Travel Managers, exposants et conférenciers, qui ont ainsi contribué au succès de cette édition 2018.

Quant au programme et aux thèmes abordés, on retiendra l’attention particulière accordée à la NDC (« New Distribution Capability »). Au pays de Lufthansa, apôtre de la distribution directe, il eut effectivement été étrange d’éluder l’arrivée de cette nouvelle norme en passe de remodeler le paysage du voyage d’affaires. L’Intelligence Artificielle, la place des femmes dans le business travel, la sécurité et le bien-être des voyageurs ou le respect de la politique voyages comptent également parmi les thématiques fortes passées au révélateur des conférences GBTA Europe. De la saine « nourriture pour l’esprit », qui aura garanti aux Travel Managers et à tous les acteurs du voyage d’affaires une « mise à jour » salutaire – pour ne pas dire nécessaire – dans un secteur en constante mutation.