Congrès : un secteur toujours aussi porteur

Malgré la conjoncture économique et politique, la France conforte sa position de grande destination de congrès à l’échelle mondiale.

Les palais des congrès, au même titre que les grandes institutions métropolitaines, font figure d’exemple en matière d’architecture contemporaine. Ils osent, affrontent la controverse pour ne pas dire l’adversité. Pour bien souvent finir par emporter tous les suffrages.
Les palais des congrès, au même titre que les grandes institutions métropolitaines, font figure d’exemple en matière d’architecture contemporaine. Ils osent, affrontent la controverse pour ne pas dire l’adversité. Pour bien souvent finir par emporter tous les suffrages.

D’après le classement de l’International Convention and Congress Association (ICCA), qui fait référence, la France s’affiche comme le cinquième pays ayant accueilli le plus d’événements internationaux en 2015, avec 522 congrès recensés. L’Hexagone arrive derrière les États-Unis (925), l’Allemagne (667), le Royaume-Uni (522) et l’Espagne (572).

La concurrence ne cesse cependant de s’intensifier et la compétition de se durcir. Ainsi Paris, avec 186 manifestations internationales en 2015, a perdu son leadership mondial au profit de Berlin. Bon point néanmoins, la capitale française garde la pole position en nombre de participants avec 761 435 congressistes (+ 9,6 % par rapport à 2014) répartis sur 1 004 événements. Stimulés par l’accueil de la COP 21 qui a réuni en fin d’année plus de 37 800 personnes, les congrès liés à l’écologie ont connu une progression notable, représentant 6 % des manifestations.

PARIS – Le parc des Expositions de la porte de Versailles a entrepris un ambitieux plan de modernisation avec en point d’orgue, le futur plus grand centre des congrès d’Europe.
PARIS – Le parc des Expositions de la porte de Versailles a entrepris un ambitieux plan de modernisation avec en point d’orgue, le futur plus grand centre des congrès d’Europe.

Le secteur reste donc un des points forts du tourisme parisien, avec des retombées économiques pour la ville et sa région estimées à 1,19 milliard d’euros en 2015, en progression de +7,5 %. Cette manne n’est pas prête de se tarir, d’autant que “les attentats n’ont pas porté préjudice aux signatures de contrats”, affirme Cécile Mairaville, directrice congrès de l’Office du tourisme et des congrès de Paris (OTCP). Parmi les plus marquants, la Professional Lighting Design Association se réunira à Paris en octobre 2017 – avec 1 700 participants inscrits – et en septembre 2018 se tiendra le congrès de l’EADV (European Academy of Dermatology and Venereology), rassemblant près de 8 000 personnes. “Bien sûr, après les événements, nous avons eu des appels de la part de clients internationaux qui s’informaient sur les moyens de sécurité mis en place… Pour certaines candidatures, nous proposons aux organisateurs de visiter notre PC sécurité afin de les rassurer. Mais Paris fait toujours rêver et le marché des congrès se porte bien”. Une tendance confirmée par Pablo Nakhle-Cerruti, directeur délégué Viparis. “Nous n’avons ressenti aucun impact sur la tenue des manifestations. Côté sécurité, nous sommes en lien permanent avec l’État et la préfecture de Police, surtout lorsqu’il s’agit d’événements de grande envergure”.

Des mesures supplémentaires ont en outre été mises en place sur l’ensemble des sites du groupe Viparis (Paris Expo Porte de Versailles, Paris Le Bourget, Paris Nord Villepinte, Espace Champeret, Palais des congrès d’Issy, Carrousel du Louvre, espace Grande Arche et l’Hôtel Salomon de Rothschild). Ces mesures consistent à l’ouverture des entrées uniquement nécessaires à un accueil correct des participants, au contrôle renforcé des véhicules – la circulation sur les sites étant strictement réservée aux véhicules autorisés –, mais aussi au passage obligatoire des piétons au détecteur de métaux et à la fouille au corps….

DISNEYLAND – Le parc à thèmes a revu cette année son offre événementielle avec un nouveau nom, Disney Business Solutions, et une signature pleine de promesses : “turn your events into emotion”.
DISNEYLAND – Le parc à thèmes a revu cette année son offre événementielle avec un nouveau nom,
Disney Business Solutions, et une signature pleine de promesses : “turn your events into emotion”.

Le groupe Comexposium, l’un des leaders mondiaux de l’organisation d’événements, a également renforcé les contrôles de sécurité. Désormais, toutes les personnes entrant ou sortant sur un site lors du montage et du démontage de la manifestation doivent être accréditées et dotées d’un badge avec photo. De plus, lors de la manifestation, des physionomistes sont placés à l’entrée et à l’intérieur des halls. Enfin, toute personne qui entre est systématiquement fouillée et les sacs, qui ne doivent pas dépasser la taille d’un bagage cabine, sont inspectés. “Notre expertise nous a permis d’être hyper réactifs dès le lendemain des attentats, puisque nous avions deux grandes manifestations programmées”, précise Renaud Hamaïde, directeur général de Comexposium qui organise plus de 170 événements dans le monde, dont 87 sur le sol français. À son actif notamment, des manifestations telles que le salon de l’agriculture, le Sial (salon international de l’alimentation), la foire de Paris ou encore le salon mondial du tourisme.

Malgré les sombres soubresauts de la géopolitique mondiale, par delà la morosité économique, le dynamisme de la capitale française ne connaît pas de pause. D’autant qu’en avril 2018 ouvrira le plus grand centre de congrès européen, le Paris Convention Center, futur nouveau centre de congrès du Parc des expositions de la Porte de Versailles. “C’est l’outil qui manquait à Paris pour accueillir des congrès de grande envergure ! Il proposera une salle plénière de 5 200 places, une cinquantaine de salles de réunions et 50 000 m2 de surfaces d’exposition. Ce centre répond aux attentes des organisateurs, c’est-à-dire avoir un même site permettant à la fois de réunir, d’exposer, mais aussi de restaurer et d’héberger les participants. À ce titre, le Paris Convention Center est situé à 20 minutes à pied de près de 12 000 chambres”, commente Pablo Nakhle-Cerruti. C’est l’association européenne pour l’étude du foie qui aura l’honneur d’inaugurer le lieu, en réunissant durant cinq jours 11 000 hépatologues et pros de la médecine du monde entier. Puis, en juin de la même année, ce sera au tour de la rencontre annuelle de l’International Society for Magnetic Resonance in Medicine (ISMRM).

De la même manière que la Porte de Versailles, les parcs d’attractions franciliens jouent aussi la carte du tout-en-un, en particulier Disneyland Resort Paris, qui se pose actuellement comme le plus grand centre de congrès d’Europe avec deux centres offrant 19 300 m2 d’espaces modulables, 95 salles de réunions de 10 à 4 000 personnes, un amphithéâtre de 570 places, 8 200 chambres, 58 restaurants et, bien sûr, deux parcs à thème ! Dans le même ordre d’idée, le parc Astérix propose lui aussi une belle offre avec une structure modulable de 2 100 m2, deux amphithéâtres de 375 et 550 places, un restaurant d’une capacité de 500 couverts, un parc d’attractions en pleine nature privatisable partiellement ou totalement, en plus d’un hôtel trois étoiles disposant de 100 chambres et de quatre salles de réunions.

LILLE – Le Lille’s Convention Bureau fédère les énergies des acteurs locaux pour faire de la métropole, idéalement située au coeur de l’Europe, une destination clé des congrès en France et au-delà.
LILLE – Le Lille’s Convention Bureau fédère les énergies des acteurs locaux pour faire de la métropole,
idéalement située au coeur de l’Europe, une destination clé des congrès en France et au-delà.

Renforcer l’attractivité

Si l’offre est déjà de qualité, Paris et sa région ont signé une charte avec les différents acteurs du secteur – 17 groupes hôteliers, la ville de Paris, la CCIP, l’OTCP, l’UNIMEV – pour être encore plus compétitifs et soutenir l’accueil des grands congrès, ceux dont la jauge est supérieure à 1 000 congressistes. Destiné aux organisateurs de manifestations, ce document engage notamment les groupes hôteliers signataires sur une tarification prévisible, des conditions fixes de vente et de relâche des chambres,

en plus d’engagements de qualité. De son côté, la ville de Paris propose aux organisateurs un dispositif personnalisé avec des messages de bienvenue, le pavoisement de certaines avenues… Pour leur part, la CCI de Paris et l’OTCP promettent un bon déroulement de la manifestation, depuis la phase de candidature jusqu’à l’accueil des participants. En outre, l’OTCP porte les candidatures françaises et internationales, puis accompagne les associations à chaque étape de leurs congrès.

LYON – En attendant la future cité de la gastronomie, l’ouverture en 2014 du musée des confluences a déjà renforcé l’attractivité de la ville.
LYON – En attendant la future cité de la gastronomie, l’ouverture en 2014 du musée des confluences a déjà renforcé l’attractivité de la ville.

Si Paris travaille à encore renforcer son attractivité, dans d’autres villes françaises, les acteurs du marché se mobilisent également afin d’attirer les congressistes. C’est le cas de Lyon qui a lancé la Lyon Welcome Attitude, un service mobilisant toutes les énergies de la ville. “Nous accompagnons les congressistes de A à Z, dit Valérie Ducaud, directrice du bureau des congrès. Par exemple, nous plaçons dans la ville une signalétique aux couleurs de la manifestation. Une moquette rouge peut être installée, conduisant de la descente du train jusqu’à l’arrêt du tramway qui relie le centre de congrès. Des hôtesses d’accueil attendent également les participants à la gare ou à l’aéroport.

Les efforts pour rendre la cité lyonnaise toujours plus séduisante portent leurs fruits. En 2015, le nombre de journées congressistes a pratiquement été multiplié par deux par rapport à 2014. “On a développé toute une gamme de services, en particulier en été où nous avons de plus en plus de congrès, avec des navettes en circulation, des stations de taxis à proximité de la manifestation, des packs découverte de la ville…”, décrit Valérie Ducaud. Fin 2017, l’ouverture du centre de convention de la future Cité de la gastronomie contribuera à renforcer le dynamisme de Lyon, tout comme l’a fait en 2014 l’ouverture du musée des Confluences.

Autre exemple de cette volonté de développer un secteur porteur, celui de Lille. Huitième ville française au classement ICCA, la cité s’est dotée d’un département des congrès, le Lille’s Convention Bureau. Ce dernier est à l’entière disposition des meetings planners ; il les aide gratuitement dans l’organisation de leur événement, et surtout les conseille. Aussi, dans le cadre d’un congrès, il se charge de réaliser le dossier de candidature, de le présenter et de le soutenir. Il est vrai que la ville possède de solides atouts : une situation géographique idéale, au coeur de l’Europe et à une heure de Paris en train, avec une bonne desserte aérienne, ferroviaire et routière, mais aussi un parc hôtelier de 8 200 chambres, dont 50 % sont accessibles à pied depuis le palais des congrès. Lors de l’assemblée générale 2016 du Nord France Convention Bureau, Luc Doublet, le président, a d’ailleurs rappelé que “le tourisme d’affaires est l’affaire de tous, qu’il est un enjeu d’attractivité de nos territoires… Depuis un peu plus de cinq ans, l’équipe oeuvre à structurer, à fédérer et à faire rayonner cette filière des congrès et des réunions professionnelles, son objectif étant d’inscrire la région Hauts-de-France comme destination avérée du tourisme d’affaires”. Les congrès reçus dans la région sont à 80 % liés à son expertise économique et scientifique et à ses pôles de compétitivité.

La mobilisation est identique à Bordeaux, qui a lancé en septembre 2015 Bordeaux Events, une marque dédiée à son pôle accueil d’événements. La ville affiche ainsi sa détermination à se positionner parmi les destinations de congrès incontournables. Lequel lancement s’est accompagné par la mise en place d’une nouvelle offre commerciale, d’une communication offensive et d’un renforcement des équipes. Les grands projets tels que le stade Matmut Atlantique, l’ouverture en 2017 d’une ligne à grande vitesse mettant la ville à deux heures de Paris, ou encore l’inauguration de la Cité du Vin, n’ont fait qu’accroître son attractivité. Résultat : un cru 2015 exceptionnel avec 361 manifestations et plus d’un million de personnes reçues pour un chiffre d’affaires de plus de 29 millions d’euros, soit +6,2 % par rapport à 2014. Parmi les événements majeurs, le 22e Congrès international des transports intelligents (ITS World Congress) a rassemblé 13 000 participants venus du monde entier. Classée par l’ICCA quatrième ville de France pour l’accueil des congrès internationaux, Bordeaux compte gravir encore une marche grâce à la modernisation du parc des expositions de Bordeaux-Lac. La fin d’année 2018 verra ainsi l’ouverture d’un nouveau hall d’expositions et de congrès pouvant accueillir jusqu’à 6 000 personnes.

BORDEAUX – Bientôt reliée à Paris par une ligne TGV, la ville a de grandes ambitions pour son nouveau pôle événements Bordeaux Events avec un nouveau hall d’exposition en préparation.
BORDEAUX – Bientôt reliée à Paris par une ligne TGV, la ville a de grandes ambitions pour son nouveau pôle événements Bordeaux Events avec un nouveau hall d’exposition en préparation.
AVIGNON – Être reçu comme des papes. Nulle part plus qu’à Avignon, cette expression prend tout son sens. En plus de ses 16 salles, le centre de congrès offre un cadre unique, classé à l’Unesco.
AVIGNON – Être reçu comme des papes. Nulle part plus qu’à Avignon, cette expression prend tout son sens. En plus de ses 16 salles, le centre de congrès offre un cadre unique, classé à l’Unesco.

Investissements high-tech

Cette mobilisation pour attirer la clientèle affaires n’est pas l’apanage des grandes métropoles. À Poitiers, l’agence touristique de la Vienne a créé en 2014 le Club Tourisme d’Affaires au Pays du Futuroscope. Sa mission est de fédérer les acteurs du secteur afin d’augmenter la visibilité de la destination grâce à un site web dédié et à diverses actions de communication. “Les entreprises viennent rarement à Poitiers pour le Futuroscope, mais pour sa situation géographique centrale : axe Paris-Bordeaux et axe Nord-Ouest- Bretagne”, décrit Yann Decker, président du Club. À Nantes, autre destination du Grand Ouest, le centre de congrès La Cité a investi dans les nouvelles technologies : projecteurs à LED, nouveau système de sonorisation haut de gamme… “Nous investissons régulièrement dans la modernisation de nos équipements afin de rester compétitifs, affirme Éric Montant, directeur développement. Ainsi, il y a deux ans, nous avons refait notre auditorium et, cette année, nous avons multiplié par deux la capacité du WiFi… En outre, nous travaillons avec une agence de design pour tout ce qui concerne l’accueil et la façon de recevoir nos clients à travers des espaces de détente et d’échanges…” Idéalement situé, à deux pas de la gare, le centre de congrès peut recevoir jusqu’à 4 000 personnes. Là encore, des partenariats ont été passés avec les acteurs du secteur afin d’offrir un accueil pertinent aux événements. La ville s’appuie aussi sur ses pôles de compétitivité – vétérinaire, numérique, développement durable – pour séduire les congressistes.

NANTES – En plein centre-ville, le centre des congrès La Cité mise sur les nouvelles technologies, investissant cette année dans le doublement de la capacité de son offre WiFi.
NANTES – En plein centre-ville, le centre des congrès La Cité mise sur les nouvelles technologies, investissant cette année dans le doublement de la capacité de son offre WiFi.

Apéritif offert

Le vent du tourisme d’affaires souffle aussi du côté des villes du Sud de la France. Ainsi Avignon a-t-il entièrement rénové le Parc Expo qui dispose aujourd’hui de 12 espaces modulables de plain-pied, parmi lesquels une salle de congrès de 920 places. Autre exemple, à Montpellier où la CCI a adhéré au Bureau des congrès créé par l’office de tourisme de Montpellier Méditerranée Métropole. Ce partenariat a permis notamment la mise en ligne d’un nouvel outil – congres.montpellier.fr – intégrant une géolocalisation dédiée aux commerçants et aux professionnels du tourisme. Par ce biais, les partenaires ont connaissance du calendrier des manifestations. Ainsi ils peuvent proposer une offre commerciale aux congressistes, par exemple une réduction exceptionnelle sur un cocktail, un apéritif offert ou une dégustation gratuite… Ce service fait partie du concept Pack Accueil Congrès lancé il y a trois ans et qui mobilise divers acteurs comme l’aéroport de Montpellier, Air France ou encore Hérault Tourisme. Jean-Marie Sevestre, premier vice-président en charge du tourisme urbain à la CCI n’exclut en effet pas “qu’à moyen terme, les offres se diversifient avec des packs originaux comme des ’dîners et spectacle’…”

MONTPELLIER – Profiter de quatre lieux de taille différente – le Corum-Palais des Congrès, l’Arena, le parc des expositions et le Zénith – permet à la destination d’accueillir tous types d’événements.
MONTPELLIER – Profiter de quatre lieux de taille différente – le Corum-Palais des Congrès, l’Arena, le parc des expositions et le Zénith – permet à la destination d’accueillir tous types d’événements.

Dans l’optique d’attirer de nouveaux congrès, Montpellier est allée encore plus loin dans ces actions. En 2015, le bureau des congrès de l’office du tourisme de la ville s’est associé avec celui de Toulouse, SO Toulouse Convention Bureau, afin de développer ensemble des synergies entre territoires voisins. De son côté, Toulouse a multiplié les actions commerciales, non seulement au travers de partenariats, mais aussi par une présence renforcée lors des manifestations professionnelles en France et à l’étranger. Au total, en 2015, So Toulouse Convention Bureau a traité 645 dossiers, dont 221 congrès. Mieux, elle a été la partenaire fondatrice d’un événement majeur, celui de la première édition française du congrès EmTech France, consacré aux technologies émergentes, et qui s’est tenu en décembre 2015. Pour mener à bien ce projet, le bureau des congrès a fédéré plusieurs acteurs comme la région Midi-Pyrénées et Toulouse Métropole ainsi que des entreprises comme EDF, Orange, Véolia ou Airbus.

De la même manière, les villes de taille moyenne misent de plus en plus sur les événements pour dynamiser leur économie. Ouvert en 2014 et proposant 1 000 m2 d’espaces modulables et 10 salles de réunions de 18 à 106 places, le centre des congrès de Troyes s’inscrit pleinement dans la stratégie globale de développement du département de l’Aube, à côté de la recherche et de l’enseignement supérieur. Extension tout en bois, verre et aluminium de l’Hôtel du département, l’espace dispose d’un auditorium de 800 places offrant une acoustique idéale, puisque le lieu héberge aussi l’orchestre philharmonique de l’Aube. Autre petit plus : le champagne offert pour tout événement organisé au centre de congrès, les caves de Champagne étant partenaires du lieu. Un argument de ventes prestigieux pour conclure en beauté les événements.