Portugal : le Douro, rive droite, rive gauche

Rencontre avec Jean-Pierre Pinheiro, Directeur France de Turismo de Portugal

Croissance exponentielle du tourisme, infrastructures MICE, croisières sur le Douro, patrimoine culturel : Jean-Pierre Pinheiro, directeur France de Turismo de Portugal, présente les atouts du nord du pays pour l'accueil de voyages incentive.

Jean-Pierre Pinheiro, Directeur france de Turismo de Portugal

un patrimoine très riche

Le Portugal fait un véritable tabac parmi les touristes français, comment expliquez-vous cet engouement ?

Nous cumulons de nombreux avantages qui suivent la tendance de la demande. Bien que nous enregistrions effectivement un engouement sans précédent, nous restons une destination à très bon rapport qualité/prix. Nous sommes très bien desservis avec plus de 600 vols par semaine depuis 22 aéroports en France. On nous reconnait une vraie qualité, que ce soit dans nos infrastructures, nos prestations ou nos services. L’accueil des Portugais est fortement mis en avant dans toutes les études terrain. Je pourrais ajouter la gastronomie, le climat, le sentiment de sécurité… Beaucoup d’atouts que les Français privilégient lorsqu’ils partent en vacances.

Ces diverses qualités ne datent pas d’hier, mais depuis quelques années. Aussi, le bouche à oreille, qui a toujours été très positif, est-il démultiplié de manière exponentielle via les réseaux sociaux. La différence, c’est que ce n’est plus uniquement nous qui ventons nos atouts, mais nos visiteurs. Ils sont nos meilleurs ambassadeurs.

Par ailleurs, l’image du Portugal s’est indéniablement dynamisée ces dix dernières années et de nombreuses entreprises françaises y investissent et s’y installent, les start-up françaises sont de plus en plus nombreuses, sans parler des retraités. Cela contribue énormément à la visibilité dans les média. Enfin, j’ose espérer que le travail de Turismo de Portugal, de nos régions et de nos Convention Bureaux, y est aussi pour quelque chose aussi.

Est-ce la même chose du côté du tourisme d’affaires ?

La destination attire aussi les groupes M.I.C.E. Les raisons évoquées ci-dessus l’expliquent. Le rapport qualité/prix, l’accessibilité, la présence de nombreuses entreprises et start-up françaises installées au Portugal boostent le marché M.I.C.E. La crise et les événements géopolitiques ont aussi contribué à attirer les entreprises soucieuses de trouver des destinations moins ostentatoires et plus sécurisantes.

C’est aussi une volonté politique et stratégique. Nous avons créé un département spécifique au siège de Turismo de Portugal. Il a pour mission d’identifier et attirer les grands événements internationaux. Un budget est spécialement alloué à travers du programme Portugal M.I. auquel les organisateurs peuvent candidater selon certains critères. C’est ainsi que, depuis trois ans, le Portugal accueille le Web Summit qui rassemble près de 50 000 participants. Nous avons également lancé une plateforme en ligne Meetingsinportugal.com car nous voulons continuer à gagner des parts de marchés et à nous positionner comme une destination devenue incontournable pour les organisateurs d’événements, buyers et agences.

On connait le sud du pays l’Algarve surtout, mais qu’en est-il du nord ? Quels arguments avancez vous ?

En fait, la région de Porto et le Nord enregistrent de meilleurs résultats sur le marché français que le sud du Portugal. Cela s’explique par le fait que la clientèle française qui se rend au Portugal ne se focalise pas autant sur les segments soleil/plage que la clientèle anglaise ou allemande. La destination se vend toute l’année très bien et donc aussi sur les segments moins saisonniers comme les city breaks, découvertes de ville, touring, groupes séniors, CE’s, golf, surf et M.I.C.E.

Le Nord cumulent divers attraits géographiques, avec la montagne, les parcs naturels, le fleuve Douro, classé patrimoine naturel de l’Unesco et plus ancienne Appellation d’Origine Contrôlée au Monde. Il y a ses aspects culturels, avec notamment Guimarães qui est le berceau de la nation ; c’est une région très riche en patrimoine ou le granit et les influences Wisigoths dominent, ce qui la rend très différente de Lisbonne, du Centre du Portugal ou de l’Algarve, où ce furent plutôt les Maures qui façonnèrent l’architecture. Le Portugal est un pays à petit périmètre mais très varié du Nord au Sud.

Combien de temps en moyenne les incentive restent-t-il dans le nord ?

Je dirai que trois jours sont l’idéal. Cela permet de combiner une découverte de Porto et une ou deux étapes dans la région. Evidemment, la vallée du Douro avec les routes des vignobles de vin de porto, le fleuve et ses croisières sont très recherchés.

Pour les croisières donc ? Combien de jours ? D’où partent-ils ? Jusqu’où vont-ils ? Quels sont les avantages d’une croisière ? Combien de compagnies ?

Les groupes peuvent faire une petite croisière de quelques heures, autour de Porto jusqu’à une semaine en remontant le Douro jusqu’en Espagne. Mais, selon moi, les formules les plus adaptées pour l’Incentive sont les programmes combinant une journée en bateau jusqu’à Régua et Pinhão, avec visite des vignobles et un retour par la route, voire en hélicoptère. Il existe une petite dizaine de compagnies. Leurs contacts sont sur visitportugal.com

Portugal : le Douro, rive droite, rive gauche