Le groupe Lufthansa domine à Berlin

Le groupe Lufthansa se targue d'être le premier opérateur sur le nouvel aéroport de Berlin (BER). Mais le taux d'activité de la plate-forme allemande reste très faible avec un nombre de passagers en novembre inférieur de 91,6% à ce qu'il était un an plus tôt. 

Lufthansa sur l'aéroport BER à Berlin

Le nouvel aéroport de Berlin Brandenburg International BER joue décidément de malchance. Non seulement, son ouverture aura été retardé d’une décennie mais en plus ses débuts ont lieu dans l’un des pires moments de l’histoire de l’aviation. La pandémie de covid continue en effet d’affecter de façon dramatique la demande passagers.

La seconde vague de covid se traduit par un nouveau tour de vis des restrictions de voyages. Les annonces de la chancelière allemande Angela Merkel ce week-end risque désormais de tuer tout espoir de reprise d’ici le début janvier.

L’Association des Aéroports Allemands ADV prédit déjà que le trafic passagers en Allemagne devrait en 2021 rester en eaux troubles. L’ADV prévoit que le nombre de passagers sur l’année devrait atteindre un tiers du trafic de 2019. Pour Berlin, cela se traduirait par un total de 12,5 millions de passagers. A comparer au 35,6 millions de passagers de 2019.

La direction de l’aéroport a déjà d’ailleurs anticipé cette baisse. Elle a fermé jusqu’à nouvel ordre le Terminal 5 de la plate-forme. Ce terminal était réservé aux compagnies ultra low-cost et charters.

Le groupe Lufthansa consolide sa position de leader

Aussi, le communiqué de Lufthansa sur son positionnement à Berlin en novembre prend des accents quelque peu triomphalistes… Le groupe Lufthansa tire de fait un premier bilan positif. Les cinq compagnies aériennes du groupe présentes à Berlin sont Lufthansa, Eurowings, Austrian, Swiss et Brussels Airlines. Elles offrent actuellement environ 38 % de tous les vols de BER. Sur un total de 1 700 départs et arrivées en novembre pour l’aéroport, le groupe Lufthansa en a effectué environ 650. Le groupe indique ainsi proposer 400 vols de plus que le « deuxième transporteur » sur l’aéroport – en l’occurence easyJet.

Lufthansa propose uniquement plusieurs liaisons quotidiennes vers ses hubs de Francfort et Munich tandis que sa filiale low-cost Eurowings dessert jusqu’à trois fois par jour les aéroports de Cologne/Bonn, Düsseldorf et Stuttgart. Austrian, Brussels Airlines et Swiss complètent l’offre avec des liaisons sur Vienne, Bruxelles et Zurich.

Le groupe a en réalité tourné depuis de nombreuses années le dos à Berlin. L’idée d’établir un troisième hub sur le sol allemand, caressée par le gouvernement régional berlinois, n’a jamais suscité l’enthousiasme des dirigeants de Lufthansa.

Au cours des cinq dernières années, la compagnie a même réduit fortement le nombre de ses destinations internationales depuis la capitale allemande. La suppression de la ligne entre Berlin et Paris en est un exemple parmi d’autres.