La reprise se confirme pour les groupes hôteliers

Accor, IHG, Hilton : tous ces groupes ont constaté un rebond de l'activité au troisième trimestre. Due essentiellement au tourisme de loisirs domestique cet été, cette reprise a aussi été favorisée par le retour de la clientèle affaires et des événements à partir de septembre.
Canopy-Paris-Trocadero-Hilton
Le Canopy by Hilton Paris Trocadéro (c) johnathimaritis

A l’image des autres secteurs du voyage comme l’aérien ou le ferroviaire, l’hôtellerie mondiale retrouve progressivement des niveaux d’activité qui, sans atteindre ceux de 2019, s’élèvent largement au dessus de ceux enregistrés l’année dernière. Les résultats récemment publiés par Accor, IHG et Hilton témoignent tous de cette reprise sensible, et nul doute que ceux que Marriott et Hyatt présenteront bientôt seront dans la même veine.

Au troisième trimestre, Hilton a vu son RevPAR – le RevPAR, indicateur clé du secteur qui combine le taux d’occupation des hôtels et le prix moyen des chambres – progresser de +98,7 % sur la période comparé à 2020, celui n’étant plus en retrait que de -18,8 % par rapport au troisième trimestre 2019. Ce qui permet à Christopher Nassetta, son président, de se dire « satisfait » de ces résultats « qui continuent de refléter la reprise après l’impact négatif de la pandémie de COVID-19« .

De son côté, IHG affiche un revenu par chambre en progression de 66 % par rapport à la même période en 2020. Un résultat atteint grâce à une fréquentation de ses hôtels tournant autour de 60 % et des prix moyens en ligne avec ceux de 2019. “Le RevPAR s’est rapproché des niveaux d’avant la pandémie grâce au retour d’un nombre croissant de clients dans nos hôtels à travers le monde« , a commenté Keith Barr, PDG d’IHG Hotels & Resorts.

Soutenue par la clientèle loisirs, la saison estivale a été favorable à de nombreux établissements. Sébastien Bazin, PDG de Accor, constate ainsi que l’activité de son groupe a été « très soutenue cet été en Europe, au Moyen Orient et en Amérique, en particulier pour nos destinations de loisirs« .

Le groupe français indique que son RevPAR s’est amélioré de 20 points par rapport au deuxième trimestre de cette année. La forte demande constatée pour les hôtels de province en France et au Royaume-Uni, les hôtels lifestyle aux États-Unis ou une destination comme les Émirats Arabes Unis a même entraîné des prix plus élevés qu’à l’été 2019.

Une reprise portée par les voyageurs loisirs

En conséquence de cela, le groupe enregistre au troisième trimestre 2021 un chiffre d’affaires en hausse de +79 %, à 589 millions d’euros, toutefois encore en baisse de -40% par rapport à celui atteint en 2019 sur la même période. Le tourisme domestique a porté cette reprise. Accor constate ainsi, pour ses établissements de province en France comme outre-Manche, une baisse du RevPAR de seulement – 6%, alors que l’activité à Paris et Londres reste de moitié inférieure à celle de l’été 2019.

Cette embellie est plus largement remarquée pour l’ensemble de l’Europe du Sud qui affiche une nette amélioration du RevPAR, en retrait de « seulement » -25% par rapport au troisième trimestre 2019. Dans le même ordre d’idée, les Etats-Unis, encore fermés aux visiteurs internationaux jusqu’au 8 novembre, montrent aussi une belle vigueur du tourisme local, IHG constatant un RevPAR qui n’est plus en retrait que de 7% par rapport à 2019 outre Atlantique.

En revanche, si Dubaï et les Emirats Arabes Unis ont retrouvé leur attrait auprès des touristes en limitant les restrictions à l’arrivée sur leur territoire, la plupart des destinations asiatiques, qui pour certaines ne commencent qu’à se rouvrir à l’instar de la Thaïlande, subissent l’absence des voyageurs internationaux. L’Asie du Sud-Est affiche par exemple un RevPAR en diminution de 72 % au troisième trimestre.

L’évolution de la pandémie dans certaines régions a aussi eu des effets sur les résultats hôteliers. Alors que la Chine était repartie plus rapidement que les autres, son RevPAR enregistre une baisse de 34 % au troisième trimestre en raison de la résurgence de cas de Covid-19 aux mois de juillet et août. De la même manière, la mise en place de confinements dans les principales métropoles australiennes a pénalisé les hôteliers de la zone Pacifique.

Plusieurs incertitudes pèsent encore sur les mois à venir, que ce soit l’évolution des campagnes de vaccination ou le redémarrage de la pandémie à l’Est de l’Europe. Reste que les hôteliers se montrent globalement optimistes. « Le rythme auquel la demande revient est très encourageant car les voyages sont de plus en plus réouverts dans toutes les régions”, remarque Keith Barr. « L’envie de voyage est forte« , constate Sébastien Bazin, pour qui « ces tendances devraient se poursuivre sur la fin de l’année. »

Le retour progressif de la clientèle affaires se confirme

Alors que le troisième trimestre a été largement porté par la clientèle loisirs, l’attitude de la clientèle affaires, importante pour l’activité à partir de la rentrée, était encore une inconnue. Sur ce point, les groupes hôteliers se montrent rassurés par le redémarrage des déplacements professionnels. « Les mois de septembre et octobre sont venus confirmer le retour d’une clientèle d’affaires et des événements MICE, décrit le groupe Accor dans l’annonce de ces résultats trimestriels. La reprise des événements d’entreprise de taille moyenne est venue compenser une partie de l’activité loisirs, confirmant la reprise du tourisme d’affaires. »

L’évolution en région parisienne est à cet égard rassurante. Le cabinet de conseil MKG montre par exemple que Paris retrouve des couleurs, son taux d’occupation passant de 38,8 % en août à 55,7 % en septembre, l’embellie s’étant poursuivie en octobre dans la capitale et toute sa région. Ainsi, la fréquentation des établissements d’Ile-de-France, qui ne dépassait pas les 20 % en début d’année, franchit la barre des 60 %, à 63 % sur la semaine du 25 octobre. Si l’hôtellerie haut de gamme parisienne a pu profiter de la tenue de la Fashion Week, les établissements de plusieurs grandes métropoles ont pu également se réjouir du retour d’événements porteurs tels les salons Pollutec et SIRHA à Lyon, le Forum International de la Cybersécurité à Lille ou encore le Congrès mondial de la nature de l’UICN à Marseille. De quoi envisager avec plus de sérénité les mois à venir.