La SNCF limitera à 5% en moyenne la hausse des tarifs TGV en 2023

Si la SNCF entend limiter la croissance du prix des billets TGV et Ouigo, la clientèle professionnelle supportera l’essentiel de la hausse annoncée de 5% en moyenne.
La SNCF a annoncé une hausse moyenne des tarifs TGV et Ouigo de 5% en moyenne, les tarifs affaires portant une large part de cette croissance.
La SNCF a annoncé une hausse moyenne des tarifs TGV et Ouigo de 5% en moyenne, les tarifs affaires portant une large part de cette croissance.

Répondant aux demandes du gouvernement, la SNCF a présenté ce matin son bouclier tarifaire qui vise à limiter la hausse des tarifs à 5% en moyenne à partir du 10 janvier prochain sur les TGV Inoui et Ouigo, soit un niveau inférieur à l’inflation. « Si nous avions dû appliquer l’envolée de 180% des coûts de l’énergie et la hausse de 6% de l’inflation, cette augmentation aurait dû s’établir à 13%. Nous avons choisi de protéger les populations les plus sensibles et les jeunes« , a souligné Christophe Fanichet, le PDG de SNCF Voyageurs. Et d’ajouter: « Cet effort représente un manque à gagner de plusieurs centaine de millions d’euros« . Pour autant, ce dernier ne devrait pas plonger dans le rouge les comptes du transporteur en 2023.

Sur les 4000 trajets concernés, c’est évidemment le yield qui dictera sa loi en fonction de l’heure de voyage et du remplissage de la rame, mais aussi de la concurrence sur la ligne – avec Trenitalia par exemple – ou encore du mix clientèle, notamment lorsqu’il y a plus de passagers affaires à bord sur certains axes comme Paris-Lyon.

Ne souhaitant pas réduire le nombre de TGV en circulation, la SNCF entend au contraire continuer à développer l’offre en 2023 et développer les dessertes. Et, partant, à renforcer l’attractivité du train, dont la part modale doit doubler d’ici 2030 . Des investissements d’un montant de 500 M€ seront donc maintenus en 2023 pour acheter des rames et rénover les ateliers. La SNCF espère d’ailleurs que la hausse des tarifs qui touche également les compagnies aériennes low cost incitera les voyageurs à choisir le train.

Les prix les plus élevés vont encore grimper

Dans les faits, « la grille minimum des TGV restera inchangée, de même que les prix des Ouigo dont 50% des billets sont vendus à moins de 25€« , a détaillé Alain Krakovitch, le directeur des TGV/Intercités. Les bénefices de la carte Avantage sont également maintenus jusqu’en septembre 2023, tout comme ceux des abonnements Max Senior et Max Jeunes.

Cette hausse des tarifs est donc appliquée sur les prix maximum des grilles tarifaires, sur les prix des billets des abonnements Max Actif et Max Actif Plus ainsi que sur les tarifs affaires, Liberté (à l’exception du prix de la carte), Business Première et les contrats grands comptes. Les deux dirigeants sont restés plus que vagues sur les pourcentages de hausse précisant que cela dépendait des contrats, « la hausse de 5% en moyenne étant appliquée sur l’ensemble des contrats Pro« , a précisé Alain Krakovitch. A noter que cette augmentation impactera également les Intercités.

Des échanges plus chers

A partir de début février, les conditions d’échange et de remboursement évolueront également, la gratuité de l’échange passant de J-3 à J-6 et le montant des frais de 15€ à 19 €. « Cette mesure permettra de libérer des places que les voyageurs ne veulent plus« , a justifié Christophe Fanichet. Une mesure qui génère des gains de plusieurs dizaines de millions d’euros chaque année pour l’entreprise ferroviaire.