Le TGV marocain sur les rails

Si le projet a été lancé en 2011, c’est finalement au dernier trimestre 2018 que les premiers passagers pourront embarquer à bord du TGV marocain, baptisé le 12 juillet dernier “Al Boraq” – le cheval ailé – par le roi Mohammed VI.

ONCF
Les voyageurs d'affaires pourront embarquer à bord du nouveau TGV marocain au dernier trimestre 2018

Cette première ligne commerciale reliera Tanger à Casablanca en 2 h 10 contre 5 h actuellement, et Tanger à la capitale Rabat en 1 h 20 contre 3 h 45. L’Office national des chemins de fer (ONCF) procède depuis plusieurs mois aux essais techniques des rames – avec un record de vitesse à 357 km/h enregistré entre Tanger et Kenitra – sur cette ligne à grande vitesse, dont la certification réalisée par un cabinet d’audit international est attendue prochainement. Dans ce projet majeur pour le régime chérifien, l’ONCF est accompagné par des équipes de la SNCF qui assurent la formation du personnel ferroviaire local notamment. La France a d’ailleurs assuré, par différents prêts, 51 % du financement des deux milliards d’euros de la LGV Maroc. Avec les nouvelles gares TGV de Tanger, Kenitra, Rabat-­Agdal et Casa Voyageurs, cette dernière s’enorgueillit également de quatre grands gestes architecturaux, posés au cœur des villes marocaines les plus dynamiques.