Air Caraïbes s’estime armé pour surmonter la crise du Covid-19

La compagnie qui a enregistré une baisse de 40% de ses trafics en 2020 avec l'épidémie de coronavirus espère une reprise de son activité en 2021 grâce à la vaccination. Le groupe aérien planifie même des ouvertures de lignes vers New York et Cancun opérées par sa low cost long courrier French Bee.
Air-Caraibes

La pandémie de Covid-19 a provoqué de fortes turbulences pour le groupe Dubreuil Aéro qui porte sous son aile la compagnie Air Caraïbes et sa petite soeur low cost long courrier French Bee. Les trafics passagers ont plongé de 40% en 2020 (*), impactés notamment par la fermeture d’Orly du 31 mars au 26 juin, puis par la deuxième période de confinement. Entre ces coups d’arrêt, le groupe a pu réaliser un été « acceptable » et des vacances de Noël « satisfaisantes«  grâce à des reports liés à la fermeture des stations de sport d’hiver et de destinations balnéaires comme Maurice, selon Marc Rochet, le président d’Air Caraïbes et de French Bee.

Pour tenir financièrement jusqu’à la reprise, l’activité cargo a été renforcée, un accord d’entreprise a été signé visant à baisser de 10% les salaires en échange du maintien en poste des 1 100 collaborateurs et un prêt garanti par l’Etat (PGE) de 150M€ a été obtenu par l’ensemble du groupe Dubreuil. De quoi espérer repasser dans le vert dès 2021.

Après les fiançailles annoncées en septembre avec le transporteur maritime CMA-CGM, appelé à devenir actionnaire minoritaire de Dubreuil Aéro, le mariage semble en revanche plus difficile à officialiser. « Nous apercevons le bout du tunnel et Dubreuil Aéro a les moyens de vivre si cet accord capitalistique échoue« , avance Marc Rochet qui met en avant dans ces négociations des questions de monopole de la desserte fret des Antilles sur lesquelles les autorités de la concurrence planchent actuellement.

Aujourd’hui, à l’exception de Cuba suspendu jusqu’à meilleure fortune, la totalité des routes est à nouveau opérée. Soit les vols régionaux aux Caraïbes et les dessertes de Paris vers Saint-Denis de la Réunion, Pointe-à-Pitre, Fort-de-France, Cayenne, Punta Cana, Port-au-Prince et Papeete (via Vancouver actuellement).

La pandémie a toutefois transformé les comportements d’achat avec des réservations effectuées à la dernière minute et la nécessité pour les clients d’assimiler les contraintes de voyage. « Ils doivent surmonter cette complexité, car les règles sont différentes pour chaque destination« , ajoute-t-il. Pour respecter ces règles et aider sa clientèle, Air Caraïbes et French Bee ont ouvert un laboratoire de tests PCR à Orly en partenariat avec Biogroup et offrent gracieusement une assistance Covid sur l’ensemble de leurs dessertes.

Avant l’annonce hier du gouvernement qui « déconseille les voyages à l’étranger » et préconise un isolement de 7 jours après un voyage en dehors de l’Union européenne, Air Caraïbes était revenu ainsi à un taux de remplissage de 95% sur la République dominicaine avec l’ambition d’y ajouter des vols pour les vacances de février. Ce taux s’élève à 80% sur les Antilles, 82% sur la Réunion et 70% vers Tahiti (avec un vol semaine contre 3 avant la pandémie).

Une reprise plus que timide du trafic affaires

« Nous avons assisté en 2020 à la disparition de tout le trafic business sur les Antilles et la Réunion. Les compagnies très centrées sur la classe affaires vont avoir des difficultés à s’en sortir », estime Marc Rochet qui ne prévoit pas de retour à la normale sur ce segment avant deux ou trois ans. Et de préciser : « les entrepreneurs locaux et les PME aux Antilles ou dans l’Océan Indien se sont remis à voyager à la différence des voyageurs d’affaires de grands groupes internationaux pour lesquels des travel ban sont toujours en place ».

Ouverture du Paris-New York de French Bee avant l’été

Le groupe aérien croit toutefois en la reprise avec l’ouverture avant l’été de vols quotidiens Orly-New York opérés par French Bee sur l’aéroport de Newark. Pour ce projet qui bénéficiera de la livraison en avril d’un nouvel Airbus A350-1000, le transporteurs compte sur la réouverture prochaine des possibilités de voyager aux Etats-Unis par la nouvelle administration Biden. La ligne devrait en outre profiter de l’arrêt des vols transatlantiques par sa concurrente low cost Norwegian.

French Bee espère ainsi également le retour de sa desserte de San Francisco sur sa ligne desservant la Polynésie. Ces appareils équipés d’une classe Premium Eco peuvent séduire les entreprises à la recherche d’économies pour leurs déplacements professionnels en cette période économiquement difficile. « Nous avons réussi à baisser de 15% les tarifs vers Tahiti ou la Réunion avec French Bee« , rappelle ainsi le président de la low cost. L’arrivée d’un second A350-1000 en décembre pourrait enfin permettre d’ouvrir Paris-Cancun pour la saison hiver 2021-2022.

(*) En 2019, French Bee avait transporté quelque 200 000 passagers, Air Caraïbes 1,6 million en long courrier et 400 000 avec ses dessertes régionales.