Les compagnies aériennes suspendent leurs vols vers la Chine

Air France a suspendu son programme de vols à destination des aéroports de Chine continentale. Une décision officialisée le 30 janvier par la compagnie face à l'expansion du coronavirus, et qui rejoint celle de plusieurs autres compagnies européennes.

Air France
Air France a suspendu ses opérations vers la Chine le 30 janvier, mais assurera des vols spéciaux pour rapatrier ses clients et ses salariés

British Airways fut la première à annoncer la suspension de ses vols vers Pékin et Shanghai dès le 28 janvier, suivie par le groupe Lufthansa – dont Austrian Airlines et Swiss – le 29 janvier. Air France a à son tour suspendu ses opérations vers la Chine le 30 janvier, mais assurera des vols spéciaux pour rapatrier ses clients et ses salariés. Une décision effective jusqu’au 9 février 2020, mais qui pourrait bien être prolongée selon l’évolution de la situation liée au coronavirus. D’ici là, seuls des vols spéciaux seront assurés entre Paris et les aéroports de Shanghai et Pékin. Ces derniers embarquent depuis jeudi des équipages volontaires pour rapatrier les clients de la compagnie, mais aussi ses salariés. Une semaine plus tôt, le 22 janvier, la compagnie avait déjà suspendu ses liaisons vers la ville de Wuhan, en quarantaine depuis que l’origine de l’épidémie y a été détectée.

En trois jours, plus d’une quarantaine de compagnies ont décidé de suspendre ou de réduire fortement leurs lignes sur la Chine. Outre Air France, British Airways et le groupe Lufthansa, les compagnies Air Astana, Iberia, SAS, Turkish Airlines et Virgin Atlantic suspendent leurs vols ce week-end ou dès lundi prochain. KLM qui, dans un premier temps, avait seulement suspendu ses vols vers Chengdu, Hangzhou et Xiamen, a finalement annoncé jeudi qu’elle cesserait la desserte de Pékin et Shanghai à partir de lundi. Finnair en revanche a décidé de réduire son réseau. Elle suspend les dessertes de Nanjing et sa nouvelle ligne sur Pékin-Daxing. En revanche, elle continuera d’assurer ses autres vols vers Pékin-Capital, Shanghai et Xiamen. Dans le Golfe, au 31 janvier, Emirates continuait d’assurer l’ensemble de ses vols vers Canton, Pékin et Shanghai. Il en est de même pour Qatar Airways. Quant à Aeroflot, la compagnie russe maintient également ses liaisons vers le marché chinois, tout en permettant aux voyageurs concernés d’obtenir le remboursement de leurs billets s’ils le souhaitent.

L’ensemble des compagnies conservent cependant leurs vols à destination de Hong Kong où les passagers pourront prendre une correspondance vers au moins une douzaine de villes de Chine, excepté Wuhan. Cathay Pacific et Hong Kong Airlines ont coordonné leurs vols même si les deux compagnies ont réduit le nombre de fréquences proposées. Même situation pour Taiwan où les deux transporteurs China Airlines et Eva Air continuent de relier la Chine continentale avec un horaire de vols allégé par rapport à la normale. Ailleurs en Asie, Thai Airways International et Singapore Airlines assurent encore certains vols vers la Chine continentale.

Autre information importante : les passagers qui, au dernier moment, souhaiteraient annuler leurs vols sur Hong Kong et Taipei, pourront le faire sans pénalité.