ASEAN : Cambodge et Malaisie en mode ouvert

L'annonce surprise par le Cambodge de la totale réouverture du pays sans quarantaine est un point final positif à une série de revirements depuis 15 jours sur les règles d'entrée dans le Royaume. De son côté, la Malaisie vient d'annoncer sa totale réouverture au 1er janvier aux voyageurs étrangers. D'autres pays de l'ASEAN devraient rapidement suivre ce mouvement...
Phnom Penh, la capitale du Cambodge, peut de nouveau accueillir des voyageurs vaccinés depuis le 15 novembre (Photo : Luc Citrinot)

Des réglementations, des réglementations et encore des réglementations. Les gouvernements asiatiques en sont friands avec l’idée d’une réouverture de leurs pays au monde extérieur. Ce qui n’est pas un problème si elles vont dans le bon sens.
C’est ce qui se passe désormais en Asie du Sud-Est. Singapour a été le premier pays à décider de s’ouvrir à travers des « corridors de voyage ». Lesquels sont sélectionnés selon les pays d’origine. La Thaïlande est depuis le 1er novembre rouverte à tous les visiteurs vaccinés avec des contraintes minimes.

C’est maintenant le Cambodge qui reprend l’initiative dans la région. Avec une probable surenchère d’autres pays. Ce qui devrait permettre de rouvrir à brève échéance l’ensemble de la zone aux voyageurs internationaux.

Par deux fois, le Cambodge avait essayé en octobre et novembre de s’ouvrir aux voyageurs internationaux. Mais les règles -quarantaine obligatoire variant de 3 à 7 puis 5 jours- n’étaient guère incitatives. Tout comme l’obligation de séjourner dans des zones désignées autour de Sihanoukville. Cette station balnéaire, extrêmement sinisée avec ces hôtels, karaokés et casinos, est loin de représenter la destination de villégiature rêvée par des Européens en mal d’exotisme.

Du coup, le Premier Ministre cambodgien a décidé de bouleverser la règle. Annoncée le dimanche 14 novembre et entrée en vigueur dès lundi 15 novembre, les nouvelles règles permettent aux visiteurs internationaux totalement vaccinés de séjourner dans l’ensemble du pays -sans aucune condition de quarantaine. Seuls, deux tests PCR sont obligatoires. Le premier effectué 72 heures avant le départ pour le Cambodge. Le second à l’arrivée. Si le second test s’avère bien négatif, le voyageur est libre de circuler à sa guise.

Ce revirement politique s’explique par un taux de vaccination très élevé -88% de la population a reçu deux doses de vaccin- et un besoin de revitaliser une économie dépendante du tourisme. L’autre explication à ce changement stratégique est effectivement le peu d’attrait de Sihanoukville pour les visiteurs internationaux. Hormis pour des touristes chinois, qui, de toute façon, ont interdiction actuellement de voyager.

Le retour des voyageurs internationaux le 1er janvier à Kuala Lumpur? (Photo : Luc Citrinot)

Malaisie au plus tard le 1er janvier?

Autre pays d’Asie du Sud-Est ayant annoncé sa prochaine réouverture : la Malaisie. Le Conseil de Reprise Nationale de la Malaisie (Malaysia National Recovery Council) vient de suggérer au gouvernement de rouvrir totalement le pays aux visiteurs étrangers, au plus tard le 1er janvier prochain.

La fermeture des frontières a fait perdre à la Malaisie quelque 21 milliards de dollars en recettes touristiques. Et plombe profondément la reprise économique dans le pays, en raison de l’absence de visiteurs étrangers. Comme le chairman du Conseil n’est autre que l’ancien premier ministre de Malaisie, Muhyiddin Yassin, il y a de fortes chances que le gouvernement suive ces recommandations. D’autant que 95% de la population adulte de Malaisie est désormais vaccinée. Les modalités à cette réouverture restent encore à définir.

Ce coup d’accélérateur en Asie du Sud-est devrait inciter d’autres pays membres de l’ASEAN à prendre le même chemin. Les Philippines commencent ainsi à évoquer une possible réouverture en fin d’année.

Pour sa part, le Vietnam rouvre cinq provinces aux voyageurs vaccinés à partir du 20 novembre. Sans quarantaine. Les conditions restent encore contraignantes car il oblige à réserver à l’avance un séjour d’hôtel, des tests ainsi qu’un circuit. Mais Ho Chi Minh Ville pourrait aussi devenir « territoire ouvert » aux visiteurs étrangers en décembre. Le gouvernement table sur le second trimestre 2022 pour l’ouverture totale du pays.

Quant à l’Indonésie, elle semble vouloir pour l’instant ne recevoir de visiteurs qu’à Bali et dans les îles du Riau, en face de Singapour. Les contraintes, même si allégées, restent pourtant dissuasives. Une quarantaine de cinq jours n’incitant guère les voyageurs vaccinés à tenter l’aventure !