Un bilan positif en 2021 de l’ÖBB pour ses trains Nightjet

Les chemins de fer fédéraux autrichiens ÖBB tirent un bilan satisfaisant de l'activité de ses trains Nightjet en 2021 avec quatre nouvelles lignes lancées. L'entreprise, leader dans l'exploitation des trains de nuit dans l'UE, promet plus de lignes et de confort en 2022 et 2023...
Photo: DR ÖBB

Les ÖBB ont connu une année 2021 particulièrement riche en événements pour le produit de trains de nuit « Nightjet ». Couplé à l’ « année du transport ferroviaire » de l’Union Européenne, le réseau des Nightjets a en effet connu un véritable engouement du public.

Les ÖBB ont de fait inauguré quatre nouvelles lignes Nightjet en 2021. Depuis le 24 mai, le Nightjet circule tous les jours sur les lignes Vienne – Amsterdam et Innsbruck – Amsterdam. Une ligne saisonnière d’été a également été lancée. Il s’agissait de l’EuroNight reliant Vienne et Bratislava à Split en Croatie via Graz.

Pour l’horaire d’hiver, le Nightjet a débuté deux autres importantes liaisons en décembre dernier. La première relie désormais trois fois par semaine Paris à Vienne via Strasbourg, Munich et Salzbourg. La seconde offre un service Nightjet quotidien de Zurich à Amsterdam. Le train circule via Düsseldorf, Francfort et Bâle.

Le succès a été au rendez-vous. « Avec le retour des trains de nuit, on assiste au développement d’une autre forme de voyage de métropole à métropole », expliquait durant l’inauguration de la ligne Vienne-Paris Andreas Matthä, PDG de ÖBB Holding.

« Non seulement parce que cela correspond aux préoccupations d’un nombre toujours plus grand de voyageurs face au défit du changement climatique. Mais aussi en raison du confort offert. Vous vous endormez après avoir dégusté un verre de vin le soir et vous vous réveillez dans une autre grande capitale le lendemain après avoir savouré un petit déjeuner », précisait-il.

Avant la pandémie de covid-19, plus de 1,5 million de passagers voyageaient chaque année avec le Nightjet. Après une pause des trains de nuit au printemps 2021, les Nightjets d’ÖBB ont été remis en circulation avec des taux d’occupation prometteurs. Dès l’été, celui ci avait atteint les chiffres d’avant la pandémie. La voiture-lits et les offres de réservation d’un compartiment privé ont été particulièrement populaires.

Des voyages plus confortables dès 2022

L’ÖBB d’ailleurs continue d’investir dans le confort des trains de nuit. En juillet dernier, l’entreprise a ainsi commandé 20 Nightjets de la nouvelle génération auprès de Siemens. Cela porte à 33 le nombre total de Nightjets de la nouvelle génération commandés. La production a déjà débuté. Les premières rames seront ainsi mises en service au printemps 2023.

Parallèlement, 22 wagons de la flotte existante sont converties de places assises à couchettes modernes et multifonctionnelles. Un premier wagon « relooké » est en service depuis le changement d’horaire en tant que « voiture-couchettes confort » sur la ligne Vienne – Bregenz. Les autres wagons modernisés vont s’intégrer à la flotte de Nightjets tout au long de 2022.

Quant aux nouvelles lignes, 2023 marquera le lancement d’une autre ligne très attendue: celle de Paris et Bruxelles vers Berlin via Cologne et Hanovre. Comme sur la ligne Paris-Vienne, il s’agira d’une exploitation conjointe entre l’ÖBB, la Deutsche Bahn et la SNCF. Une autre ligne est aussi en gestation sur un axe Barcelone-Zurich. La ligne passera également par la France, via Montpellier et vraisemblablement Lyon.

Une limite de 1 000 km pour les trains de nuit

Pourrait-on envisager des lignes reliant par exemple l’Italie au Danemark ou la Suède dans un futur proche?  « Il existe une limite géographique à l’exploitation de trains de nuit, notamment en raison de contraintes techniques dans la signalétique ferroviaire. Je pense que la distance maximum que l’on peut servir actuellement est de 1 000 km. Mais l’UE travaille à une nouvelle technologie », explique encore Andreas Matthä.

Cette nouvelle génération de signalisation ferroviaire européenne s’appelle le « European Rail Traffic Management System » (ERTMS). Une technologie de pointe qui permet une augmentation du niveau de sécurité, notamment aux passages à niveaux, une augmentation de la vitesse, une hausse de la ponctualité des trains et une baisse des coûts de maintenance.

Dans des trajets internationaux, l’ERTMS se traduit par une amélioration de l’interopérabilité aux frontières. L’ERTMS permet également de fluidifier les trafics des « hubs » ferroviaires.

De nombreuses lignes devraient ainsi être équipées du nouveau système avant 2030. Comme par exemple l’axe Marseille-Nice-Vintimille-Turin, prévu d’être opérationnel en 2027. Un maillage complet de l’UE doit s’achever en 2050.