China Eastern : un vol Paris-Pékin à l’horizon 2019 ou 2020 ?

Déjà présente sur les lignes Paris-Shanghai et Paris-Kunming, la compagnie China Eastern, partenaire d'Air France, entend lancer un vol Paris-Pékin à l'horizon 2019/2020.

A350-900-China-Eastern
En plus de lancer un vol Paris-Pékin à l'horizon 2019/2020, China Eastern pourrait mettre en service ses nouveaux Airbus A350-900 sur l'axe France-Chine.

La compagnie aérienne China Eastern, partenaire d’Air France sur l’axe France-Chine, travaille à l’ouverture d’une ligne Paris-Pékin selon Heng Yu, Senior Marketing Manager Europe de la compagnie à Paris. « On travaille très sérieusement à l’obtention d’une nouvelle fréquence quotidienne entre Paris et Pékin avec l’ouverture du nouvel aéroport pour la capitale chinoise. Il est possible que nous puissions lancer cette ligne en 2019 même si l’on est plus optimiste pour l’inauguration de cette nouvelle ligne à l’horizon 2020 », explique-t-il. Jusqu’ici, China Eastern est présente à Paris avec deux liaisons aériennes, effectuées l’une comme l’autre en partenariat avec Air France : Shanghai en double quotidien et Kunming, dans le Yunnan, à raison de trois vols par semaine.

Sur la ligne de Shanghai, la compagnie a mis en service l’an dernier ses nouveaux appareils Boeing 777-300, offrant une configuration trois classes. « Nous offrons cet appareil sur nos vols quotidiens durant la haute saison, puis revenons à un vol quotidien avec cet appareil en hiver, le second vol étant alors effectué en Airbus A330. La différence est dans la configuration cabine, l’Airbus A330 proposant un produit bi-classe – business et économie -, tandis que le Boeing 777 intègre une première », indique Heng Yu, Senior Marketing Manager Europe de China Eastern. Pour sa part, le vol Paris-Kunming est lui opéré en Airbus A330.

Si la ligne Paris-Shanghai reste le trajet de prestige de la compagnie en France, le vol Paris-Kunming s’avère plus difficile à vendre et devrait faire l’objet d’une redéfinitions stratégique. « Nous positionnons Kunming comme un hub important pour le sud-est asiatique avec, notamment, la desserte d’une douzaine de villes de la zone ASEAN, beaucoup se trouvant dans le bassin du Grand Mékong. Nous offrons par exemple des vols sur Rangoun et Mandalay en Birmanie, Phnom Penh et Siem Reap au Cambodge, Vientiane et Luang Prabang au Laos ou encore Bangkok, Chiang Mai, Chiang Rai et Phuket en Thaïlande ainsi que sur le Vietnam, entre autres fréquences. Mais nous avons un problème avec le traitement des passagers en transfert, ce qui fait que nous rencontrons des difficultés à pousser le trafic en correspondance sur le Yunnan. Il faut que nous trouvions de nouvelles solutions avec les autorités aéroportuaires ainsi que les services de douanes et d’immigration pour faire de Kunming une plate-forme plus performante », avoue Heng Yu. Concernant le marché français, le seul autre récent développement est l’expansion du code share qui existe avec Air France. Depuis la fin avril, Air France appose également son code sur les lignes depuis Wuhan – servi par la compagnie à raison de quatre fréquences par semaine – à destination de Pékin, Chengdu, Ningbo et Wenzhou.

A l’avenir, il existe la possibilité que China Eastern mette en service sur la France ses nouveaux Airbus A350. La compagne a passé commande de 20 appareils A350-900. Les deux premiers appareils arriveront dans la flotte cette année et seront suivis par cinq autres appareils du même modèle en 2019 et 2020. « L’A350 offrira un produit cabine rénové, notamment avec le lancement d’une classe Economie Premium », indique le Senior Marketing Manager. L’avion offrira 288 sièges avec une configuration de 4 Suites en première classe, 36 sièges en classe affaires, 32 en Premium Economy et 216 en classe économique classique.