Le Centre Européen de Prévention des Infections circonspect sur le passeport vaccinal

L'annonce par certains pays de rendre un passeport vaccinal obligatoire pour permettre l'entrée d'un voyageur sur un territoire X est mise en doute par l'ECDC (European Centre for Disease Prevention and Control). Si l'agence soutient un certificat vaccinal, elle exprime actuellement des réserves dans une utilisation à des fins de voyages.

Le Centre Européen de Prévention des Infections (ECDC) agrée sur le principe d’un carnet de vaccination Covid-19. Interrogé sur le bien fondé d’un tel document, l’agence européenne indique « garder à l’esprit qu’avec les données actuellement disponibles, nous ne savons pas si le vaccin empêche l’infection et la transmission du covid-19. L’objectif principal de la vaccination est de réduire la gravité de la maladie chez les personnes infectées, mais aussi de réduire le nombre de décès et d’hospitalisations ainsi que la pression sur les systèmes de santé. »

Favorable au certificat…

L’ECDC est favorable à un certificat de vaccination, qui indiquerait si une personne a reçu le vaccin, la quantité de doses et le type de vaccin administré. Le centre est en discussion avec la Commission européenne et l’Organisation Mondiale de la Santé sur une approche globale d’un tel certificat à des fins médicales.

« Une approche structurée et solide relative aux informations sur les vaccins (que ce soit par le biais de certificat de vaccination, d’un carnet de vaccination ou autre) est d’une importance capitale. Les informations sur la personne vaccinée ainsi que la période de son administration sont essentielles au succès du programme. D’autre part, il est important de faire la différence entre un certificat de vaccination, créé pour les raisons mentionnées ci-dessus, et son utilisation comme une sorte de « passeport vaccinal » à des fins de voyage. »

…mais dubitatif quant à son utilisation comme passeport santé

« À l’heure actuelle, il existe encore trop d’incertitudes quant à savoir si une personne vaccinée peut de nouveau être infectée. Ou si elle reste contagieuse en étant asymptomatique« , explique le Centre Européen de Prévention des Infections.

L’ECDC soulève un autre point. Un certificat de vaccination pourrait-il à l’avenir remplacer un test PCR ? Celui ci est de fait le sésame exigé par une majorité de pays à des fins de voyage. « Nous devons réévaluer cette utilisation secondaire potentielle du certificat de vaccination lorsque des données complètes sur l’impact et la transmission seront disponibles, » estime l’ECDC.

L’OMS a également émis la même recommandation. L’institution se base  sur les conclusions du Comité d’Urgence de Règlement Sanitaire international en 2005. L’OMS souligne « ne pas introduire l’exigence d’une preuve de vaccination ou d’immunité pour les voyages internationaux comme condition d’entrée. Il existe en effet des inconnues critiques sur l’efficacité de la vaccination pour réduire la transmission. S’y ajoute la disponibilité limitée des vaccins« .

 » Nous ne devons pas non plus oublier qu’à l’heure actuelle, le vaccin n’est pas disponible pour tous ceux qui souhaitent se faire vacciner« , précise encore l’ECDC. En attendant, le centre recommande de ne pas lever les contre-mesures qui ne sont pas d’ordre pharmaceutique. Comme par exemple le confinement.