Une technologie inédite de dépistage en test chez Etihad

Etihad Airways va expérimenter sur son hub d’Abu Dhabi une nouvelle technologie de dépistage en aéroport, pour identifier les passagers à risque, et bloquer leur parcours pour juguler la progression du Covid-19, et les crises futures. Objectifs : contrôler, et rassurer.

Etihad compte bien tirer les leçons de la crise Covid-19 en systématisant un système de contrôle sanitaire via des bornes en aéroport

A partir de la fin du mois d’avril, Etihad se lancera dans une expérience inédite en matière de veille sanitaire dans le transport aérien. L’aéroport d’Abu Dhabi, plaque tournante de la compagnie aérienne, sera alors doté de kiosques en libre-service, sur lesquels seront mesurées la température, la fréquence cardiaque et la fréquence respiratoire du passager. Cette technologie pourrait notamment être intégrées aux outils déjà utilisés actuellement par les voyageurs, comme les bornes d’enregistrement ou d’information, ainsi que les zones de dépose bagages ou de contrôles de sécurité et d’immigration. En cas d’anomalie, la technologie développée par l’entreprise australienne Elenium Automation doit bloquer la chaîne de voyage du passager. Son enregistrement et celui du bagage seront automatiquement suspendus, et les autorités compétentes alertées pour procéder à des contrôles plus poussés. En outre, la technologie choisie par Etihad intègre une version sans contact, pour éviter la contamination des bornes concernées.

la garantie que les futures épidémies virales n’auront pas le même effet dévastateur sur l’industrie aéronautique mondiale

Cette expérimentation doit non seulement répondre à la crise sanitaire du Covid-19, mais aussi anticiper sur les prochains épisodes de ce type qui pourraient – et malheureusement devraient – apparaître. « Nous testons cette technologie car nous pensons qu’elle contribuera non seulement à [affronter] l’épidémie actuelle de COVID-19, mais aussi à l’avenir, en évaluant l’aptitude d’un passager à voyager ce qui minimisera ainsi les perturbations », prévient Jorg Oppermann, vice-président des opérations Hub et du Midfield chez Etihad Airways, qui évoque « une autre étape vers la garantie que les futures épidémies virales n’auront pas le même effet dévastateur sur l’industrie aéronautique mondiale, comme c’est le cas actuellement ».

Elenium
La technologie développée par Elenium sera expérimentée à la fin du mois d’avril à Abu Dhabi

En clair, voilà peut-être bien le nouveau visage du parcours aéroportuaire de demain. Car l’ampleur inédite du phénomène laissera des traces, et transformera immanquablement les modes de déplacements, en intégrant plus systématiquement la dimension sanitaire à la gestion des flux migratoires. En outre, il s’agira à court terme de répondre à un autre impératif pour les compagnies aériennes : convaincre le grand public et les voyageurs d’affaires de reprendre leurs déplacements en avion, comme le souligne le PDG d’Elenium Automation : « Nous pensons que l’introduction du libre-service sans contact et du dépistage automatique de la santé encouragera les passagers à voyager par avion plus tôt ». A plus long terme, il s’agira pour les acteurs du transport aérien – compagnies aériennes et aéroports en tête – de résoudre l’éternelle équation sécurité / fluidité. Alors que les technologies biométriques se généralisaient, promettant à chaque voyageur un parcours quasiment ininterrompu entre son arrivée à l’aéroport et son siège à bord, l’ajout d’un nouveau filtre sanitaire va poser de nouveaux défis à tous ces acteurs qui planchent sur l’aéroport de demain