Débandade pour Eurowings

La filiale low cost/hybride de Lufthansa perd beaucoup d’argent et a du mal à être le rempart stratégique du groupe européen contre les compagnies low cost du Vieux Continent. D’où une drastique restructuration décidée par la maison-mère…

Eurowings
Eurowings va concentrer son activité sur les court et moyen-courriers.

C’est une vraie défaite stratégique pour le groupe aérien Lufthansa, défaite que concède désormais sans fard son PDG, Carsten Spohr. Eurowings perd de l’argent, beaucoup d’argent, plombant les comptes de la maison-mère. Le groupe Lufthansa a ainsi perdu au premier trimestre 2019 quelque 342 millions d’euros, tandis que l’an dernier, Eurowings avait perdu à elle seule 231 millions d’euros. Cette dernière souffre particulièrement de la concurrence acharnée sur les lignes de point-à-point, devenues l’apanage des compagnies aériennes low cost.

En avril déjà, le transporteur avait annoncé geler toute augmentation de son offre. Mais ce n’est toujours pas suffisant. Eurowings va devoir réduire ses coûts de 15 % d’ici 2022 à travers une structure plus simple, notamment avec une flotte uniquement composée d’Airbus de la famille 320 et une concentration sur la seule marque Eurowings.

La compagnie se recentrera également, à partir de cet hiver, sur la seule activité court et moyen-courrier. Elle abandonne ainsi l’exploitation de ses lignes long-courriers offertes au départ de Düsseldorf, Francfort et Munich. Ces liaisons ne disparaîtront pas pour autant de l’offre du groupe Lufthansa et seront reprises par les compagnies régulières de réseau. Il est d’ailleurs vraisemblable que Brussels Airlines ou Austrian Airlines soient mises à contribution dans l’exploitation d’une partie des sept appareils long-courriers A330 intégrés à la flotte d’Eurowings.

Dans un même souci de rationalisation des marques, le groupe Lufthansa a également décidé de détacher de nouveau Brussels Airlines hors du pôle Eurowings. La compagnie aérienne belge retrouve ainsi sa fonction première de transporteur de réseau, centré sur son hub de Bruxelles et poursuivant des synergies de groupe avec Lufthansa, Austrian Airlines et Swiss.

Vous aimez cet article ? Recevez notre newsletter

Eurowings, qui était jusqu’à présent la troisième plus grande compagnie low cost d’Europe avec plus de 200 avions, devrait donc terminer l’année avec une flotte de 130 appareils. Néanmoins, Eurowings ne devrait retrouver sa rentabilité qu’à l’horizon 2021, contre une prévision originelle de bénéfice attendu pour 2019.