Les Français veulent voyager, mais pas au prix de leur salaire

L’étude d’IHG portant sur le voyage d’affaires et les Français a souligné que ces derniers veulent voyager plus pour découvrir de nouvelles destinations, mais ne sont pas prêts, pour autant, à sacrifier une partie de leur salaire.

voyageurs terminal valise Michal Parzucho
Voyager oui, mais pas sans diminution de salaire CC Michal Parzucho

Découvrir de nouvelles destinations, rencontrer de nouvelles personnes et s’éloigner du bureau. Telles sont les priorités des voyageurs d’affaires français, comme l’a révélé l’étude d’InterContinental Hotels Group (IHG) sur la perception des Français vis à vis des déplacements professionnels publiée le 2 juillet. Si les 500 voyageurs sondés aimeraient voyager plus souvent (28 %), ce ne serait pas au détriment de leur salaire : 66 % d’entre eux ne réduiraient pas leur rémunération pour se déplacer plus souvent.

Leur mission reste la priorité et ils profitent assez peu de leur temps libre en terre étrangère. En effet, 32,8 % préfèrent profiter de l’hôtel et de ses infrastructures pour travailler. En revanche, l’appétence naturelle des Français pour un bon repas se démarque avec 28,8 % des interrogés qui vont tester la gastronomie locale. D’autres préfèrent perdre des calories plutôt qu’en gagner : 24,2 % font du sport dans, ou à l’extérieur de l’hôtel. Une minorité de 17 % vont visiter les villes seuls ou avec un guide.

Un éloignement familial pénible

Selon l’étude, le « bleisure » n’a pas encore conquis les Français. Cette pratique, qui consiste à prolonger son séjour professionnel afin de profiter d’une ville étrangère, a rassemblé seulement 37 % des sondés qui ont allongé leur déplacement d’un ou deux jours. 21,8 % des répondants y ont simplement songé, sans donner suite. Cette pratique ne semble pas être encore la norme, même si l’envie ne manque pas : 37,6 % d’entre eux regrettent de ne pas avoir le temps d’explorer plus. En revanche, les voyageurs d’affaires admettent que l’éloignement familial leur est pénible (53,6 %). Cette distance pourrait être un frein à l’adoption de cette pratique.

Les responsables de IHG semblent cependant confiants dans l’avenir du « bleisure » : « Les projets personnels et la découverte de nouvelles destinations sont des priorités et les voyageurs cherchent à maximiser leur temps à chaque déplacement », analyse Mike Greenup, vice-président de la division brand management Europe d’IHG.