Intelligence artificielle et voyage d’affaires : SAP Concur fait le point

SAP Concur a sondé quelque 4000 salariés dans 6 pays européens. Objectif : faire le point sur la perception de l’intelligence artificielle et ses implications dans le domaine du voyage d’affaires, notamment en termes de personnalisation.

Concur
SAP Concur a interrogé les professionnels européens quant à leurs attentes vis-à-vis de l'intelligence artificielle dans le voyage d'affaires

Alors que l’intelligence artificielle tient le haut de l’affiche dans les médias, qu’en est-il vraiment dans le quotidien des citoyens européens ? A en croire l’étude publiée le 7 juin par SAP Concur, le constat est assez mitigé selon les pays. En effet, le Nord de l’Europe semble très au fait de ces nouvelles technologies, à l’image de la Finlande97% des professionnels se disent familiers avec le terme d’IA. Même chose en Allemagne (93%), au Royaume-Uni (92%), au Danemark (89%) ou encore en Suède (85%). La France pointe en dernière position avec 76% de professionnels informés. D’ailleurs, moins d’un tiers des professionnels français (28%) disent utiliser l’Intelligence artificielle au quotidien.

Pour mieux cerner le rapport qu’entretiennent les salariés européens avec l’Intelligence artificielle, encore faut-il préciser ce qui se cache derrière cette appellation protéiforme. La majorité des personnes interrogées (58%) associent l’IA aux robots capables de dialoguer avec les humains, devant les assistants vocaux (51%), la reconnaissance faciale (41%) et – dans une plus faible proportion – les chatbots (22%). En termes d’utilisation quotidienne, l’assistant vocal – qu’il se nomme Siri, Alexa ou autre – est pourtant la forme la plus courante pour 51% des professionnels français, 57% des Allemands et 55% des Britanniques.

Quid du voyage d’affaires ? SAP Concur ne manque pas de souligner le potentiel qu’offre l’Intelligence artificielle en vue de personnaliser les différentes étapes du business travel, et même d’anticiper sur les besoins de chaque voyageur. Un potentiel auquel les professionnels européens ne sont pas insensibles puisqu’une bonne partie des Danois (30%), des Suédois (29%), des Allemands (27%) et des Anglais (21%) souhaiterait utiliser l’intelligence artificielle pour « pouvoir profiter de recommandations personnalisées en termes de services disponibles dans les hôtels par exemple, le type de restaurants dans les alentours, ou encore les événements qui ont lieu pendant leurs voyages d’affaires » indique le rapport de l’étude. Les salariés français envisagent quant à eux l’IA sous l’angle de  l’analyse des coûts liés au business travel, et donc de l’anticipation de ces dépenses, alors que leurs homologues finlandais évoquent l’automatisation du traitement des notes de frais. Enfin, nombre de professionnels verraient d’un bon œil l’exploitation des ressources offertes par l’Intelligence artificielle dans le domaine de la sécurité. Ainsi, 46% des employés allemands, 52% des finlandais et 35% des Français estiment que l’intelligence artificielle peut rendre leur voyage d’affaires plus sûr, grâce à la prédiction des risques climatiques ou terroristes, par exemple.