Interview : David Chapple, directeur du Business Travel Show

Le 24 février prochain s'ouvrira l'édition 2016 du Business Travel Show, à Londres.

David Chapple, Directeur du Business Travel Show (Londres)

Combien d’exposants seront présents pour cette édition 2016 du Business Travel Show ?

David Chapple – Nous attendons entre 260 et 270 exposants, contre 240 l’an passé. Toutes les grandes marques du voyage d’affaires sont représentées, à la fois dans l’aérien, dans l’hôtellerie, la location de voitures, ainsi que les principales agences de voyages d’affaires et plusieurs prestataires technologiques. Il est difficile de trouver une grande marque qui ne participe pas au Business Travel Show.

Combien de visiteurs attendez-vous, et combien d’entre eux seront des Travel Managers ?

D. C. – Nous misons sur 7500 à 8000 participants, contre 7440 l’an dernier. Nous avons un objectif, mais nous attendons de voir les visiteurs franchir les portes du salon pour véritablement donner des chiffres exacts. Nous attendons entre 400 et 450 acheteurs voyages. Ils étaient 342 en 2015 : le salon progresse donc aussi à ce niveau-là.

Quel sera l’équilibre entre l’audience locale et les visiteurs étrangers ?

D. C. – Au niveau des fournisseurs, le ratio est assez équilibré entre participants britanniques et exposants internationaux. Du point de vue des visiteurs, le public local représentera environ 70% de l’audience. L’internationalisation du Business Travel Show a constitué notre priorité au cours des quatre dernières années. Notre stratégie consistait à transformer un show britannique en événement international, à la fois du point de vue des exposants et de celui des visiteurs. Nous sommes en train d’atteindre nos objectifs.

Doit-on s’attendre à des nouveautés par rapport aux années précédentes ?

D. C. – Cette édition 2016 ne sera pas fondamentalement différente de la précédente. Simplement, nous comptons plus d’exposants, nous avons mis à jour notre programme de conférences, et nous lançons le nouvel espace « Launch Pad ». Mais les principes fondamentaux du Travel Management n’évoluent pas nécessairement : il s’agit de trouver ses fournisseurs privilégiés, d’améliorer les process, de tirer le maximum de son programme voyages, et de s’assurer que les voyageurs évoluent dans un cadre sûr. Notre travail consiste à suivre les tendances du marché, en intégrant les nouveaux types de fournisseurs dont les travel managers n’ont pas forcément connaissance. C’est la raison pour laquelle nous inaugurons cette année l’espace « Launch Pad ». Mais les gens viennent toujours pour les mêmes raisons : rencontrer les fournisseurs, mettre à jour leur connaissance du secteur, et échanger avec leurs homologues. Ces principes ne changent pas.

David Chapple, directeur du Business Travel Show

Quelles sont les nouvelles tendances du marché ?

D. C. – La personnalisation de l’expérience voyage grâce aux technologies développées par les fournisseurs, l’économie collaborative, avec des acteurs comme Uber ou Airbnb, l’intégration de ces plateformes dans un programme voyages, en étudiant l’impact sur la sécurité du voyageur. La gestion de la data est également une problématique cruciale, tout comme l’influence de la technologie sur le développement de l’open booking, qui permet au voyageur de faire ses choix en fonction d’un budget plutôt que de le contraindre à utiliser tel ou tel fournisseur, tout en gardant le contrôle et en sachant le localiser. Le duty of care demeure également primordial : souvent, le voyageur d’affaires n’a pas conscience du danger, il pense que rien ne peut lui arriver dans certains pays. Les attaques de Paris ont remis cette idée en perspective, et questionné les entreprises sur leurs process, leurs procédures d’urgence.

Comment se porte le secteur des événements dédiés au voyage d’affaires ?

D. C. – Le succès d’un tel événement repose sur la capacité des organisateurs à attirer l’audience adéquate, aussi bien d’un point de vue quantitatif que qualitatif. C’est la raison pour laquelle certains salons dédiés au voyage d’affaires ont pu connaître des périodes creuses au cours des dernières années. Des événements comme la convention GBTA Europe, malgré le travail remarquable accompli par les organisateurs, vont devoir lutter pour grandir car l’audience est limitée aux membres de l’association. A moins de doubler le nombre d’adhérents, ce qui est possible bien sûr, il se limitera à une certaine échelle. Le Business Travel Show a tous les ingrédients d’un événement réussi : 270 fournisseurs venus du monde entier, y compris de nouveaux entrants qui font évoluer le marché, et une audience qui augmente d’année en année, à hauteur de +24% l’an passé. Notre futur est donc prometteur.

Quelles sont vos priorités pour les années à venir ?

D. C. – Nous allons continuer à mettre l’accent sur la dimension internationale du Business Travel Show. A plus long terme, je pense qu’il faudra étudier la possibilité d’exporter le Business Travel Show et de créer d’autres événements de cette nature dans d’autres pays, en Europe et dans le monde. A l’exception de la GBTA, il y a peu d’organisateurs capables de mettre en place des événements de grande envergure dédiés au voyage d’affaires. Il s’agit donc de trouver les bonnes opportunités et de les exploiter.