Hôtels de luxe : LVMH rachète le groupe Belmond

Le Cipriani à Venise, le Copacabana Palace à Rio, le train Venise Simplon-Orient Express : tous ces mythes glamour, gérés par le groupe Belmond, vont passer au sein du groupe LVMH.

Copacabana-palace
Le Copacabana Palace à Rio, un des nombreux lieux mythiques proposés par Belmond.

LVMH accroît sa présence dans l’hôtellerie de luxe, jusqu’ici limitée aux maisons Cheval Blanc – à Courchevel, Saint Tropez, Saint Barthélémy et aux Maldives, en attendant Paris, au sein de l’ex Samaritaine – , ainsi qu’aux six hôtels développés par sa marque de joaillerie Bulgari. Leader mondial de l’univers du luxe, le groupe français a annoncé le rachat de Belmond, acquisition qui lui permettra d’atteindre une masse critique sur le marché de l’hôtellerie ultra haut de gamme. En effet, le groupe Belmond, dont la valeur est estimée à 3,2 milliards de dollars US, est propriétaire ou gestionnaire de 33 hôtels, ajoutant ainsi 3 100 chambres à l’offre actuelle de LVMH.

La marque Belmond est désormais amenée à vivre et à se développer en parallèle des maisons Cheval Blanc. “L’acquisition de Belmond, parfaitement complémentaire de nos maisons Cheval Blanc et des activités hôtelières de Bvlgari, renforcera significativement la présence de LVMH dans l’univers de l’hôtellerie d’exception, a déclaré Bernard Arnault, PDG du groupe. Belmond propose à une clientèle exigeante des expériences rares, reposant sur des actifs emblématiques dans des lieux parmi les plus exceptionnels au monde.” Parmi ceux-ci, le Cipriani à Venise, le Copacabana Palace à Rio de Janeiro, le Grand Hôtel Europe à Saint-Petersbourg, auxquels s’ajoutent des bateaux de croisières exceptionnels et des trains mythiques comme le Belmond Royal Scotsman ou le Venice Simplon-Orient-Express.

Le groupe Belmond, anciennement Orient Express, portait d’ailleurs le nom de ce train d’exception à travers un accord de licence de long terme avec la SNCF qui a pris fin en 2014 et a été repris l’an dernier par AccorHotels. L’hôtelier français faisait-il aussi partie, comme LVMH, des repreneurs potentiels de Belmond ? Une chose est sûre, LVMH n’était pas seul dans la course à sa reprise – KSL Capital Partners, KKR, Blackstone, Hyatt, Hilton avaient notamment fait part de leurs intérêts – comme l’explique Roland Hernandez, président du conseil d’administration de Belmond Ltd : “A la suite de la revue stratégique qui a mobilisé un grand nombre de sociétés immobilières et hôtelières, de fonds souverains et autres institutions financières à travers le monde, le conseil d’administration a conclu que l’offre de LVMH apporte tant une valorisation favorable pour les actionnaires que des perspectives de développement intéressantes au sein d’un Groupe à même de s’appuyer sur les actifs et les équipes de Belmond.