Une nouvelle aérogare pour Ethiopian Airlines à Addis Abeba

Malgré la crise du covid-19, Ethiopian Airlines a inauguré un nouveau terminal sur l'aéroport d'Addis Adeba, qui permet au transporteur de renforcer son hub, devenu le premier aéroport de transfert entre l'Afrique et le reste du monde. 

ethiopian-addis-abeba
Une nouvelle aérogare pour Ethiopian Airlines à Addis Abeba.

Dans un monde battu en brèche par la pandémie du coronavirus, il existe encore des endroits où règne un certain optimisme. C’est le cas sur l’aéroport d’Addis Abeba, la capitale de l’Ethiopie. Le 28 août dernier, la compagnie Ethiopian Airlines a en effet officiellement inauguré l’expansion du Terminal 2, son hub international.

Peu de voyageurs d’affaires le savent, et pourtant, avec ses 12,5 millions de passagers annuels, Addis Abeba est le premier aéroport de transfert entre l’Afrique et le reste du monde. Un rôle qui était, jusqu’à l’an passé, dévolu à l’aéroport de Dubaï. La montée en puissance de la plate-forme éthiopienne tient à l’ambitieuse politique d’expansion de la compagnie Ethiopian Airlines. Elle est aujourd’hui l’une des trois plus grandes compagnies africaines avec une flotte de 126 appareils. Avant la crise du covid-19, la compagnie offrait des vols vers plus de 125 destinations.

En ce mois de septembre, Ethiopian Airlines programme des vols à destination de 95 destinations. Sur l’Europe francophone, le transporteur national éthiopien propose durant septembre un vol quotidien sur Paris CDG1 en Airbus A350, trois fréquences hebdomadaires en Boeing 787 sur Marseille via Genève. Ethiopian dessert également Bruxelles à raison de trois vols hebdomadaires en Boeing 787.

Addis Abeba, premier aéroport de transfert sur l’Afrique

L’aéroport d’Addis Abeba est desservi par un total de 17 compagnies aériennes. Cela comprend notamment deux compagnies européennes, Lufthansa et Turkish Airlines. L’expansion de l’aérogare permet d’accroître la capacité totale de l’aéroport à plus de 22 millions de passagers par an. La Chine s’est impliquée dans le financement et la réalisation du projet. Ce dernier représentait un investissement de 363 millions de dollars.

Le nouveau terminal comprend un hall de départs offrant 60 comptoirs d’enregistrement. S’y ajoutent 30 kiosques délivrant des cartes d’embarquement et dix guichets permettent aux passagers avec bagages d’effectuer leur check-in. Afin de fluidifier les mouvements de passagers, l’aérogare est dotée de 16 comptoirs d’immigration ainsi que des guichets électroniques en e-gate. Seize postes de sécurité permettent également d’accélérer les contrôles de sûreté. A l’arrivée, le terminal permet de traiter rapidement un nombre important de passagers avec au total trente-deux comptoirs d’immigration.

La nouvelle aérogare est de fait la première infrastructure majeure à ouvrir ses portes cette année, depuis la crise du covid-19. La crise sanitaire a forcé les autorités à revoir les circuits passagers. Les nouvelles mesures minimisent les contacts entre les passagers et le personnel ou en augmentant les distances. Les autorités ont également revu les protocoles de désinfection des installations.