Rabat, Tanger : Fairmont fait coup double au Maroc

Après Tanger en début de mois, la marque Fairmont ouvrira un hôtel à Rabat fin novembre. Un luxueux resort urbain de 186 chambres doté d'un centre de conférence qui s'inscrit dans le devenir de la capitale marocaine.
Gold Lounge, espace VIP du Fairmont La Marina Rabat Salé.
Gold Lounge, espace VIP du Fairmont La Marina Rabat Salé.

Si Fairmont vient de faire une entrée remarquée au Qatar, avec un hôtel hébergé dans les emblématiques Katara Towers et associé à un prestigieux Raffles de 132 suites, ce mois de novembre a surtout donné l’occasion à la marque premium de Accor de renforcer sa présence au Maroc avec deux établissements prestigieux venant s’ajouter à ceux déjà ouverts à Marrakech et Taghazout. A côté de ces destinations à la dimension plus loisirs, Fairmont s’installe en effet dans deux des principales métropoles du pays, Tanger et Rabat.

Au début du mois, le Fairmont Tazi Palace a ainsi fait son entrée à Tanger, dans le quartier résidentiel de Boubana, à 10 minutes du centre-ville et de la Corniche. Fruit de la transformation en hôtel d’un palais historique des années 1920, l’hôtel s’organise autour de jardins andalous et d’espaces intimistes pour offrir 133 chambres, suites et penthouses, deux restaurants, l’un de cuisine perse et l’autre axé sur la Méditerranée, et un bar façon speakeasy.

Au regard du poids économique joué par Tanger au Maroc, l’hôtel cible la clientèle affaires et dispose pour cela d’espaces de réunions avec, à l’intérieur, une salle plénière de 300 mètres carrés et deux salons de 68 mètres carrés. « Notre établissement peut facilement accueillir divers évènements de différentes tailles à commencer par des réunions de « board meeting » jusqu’aux réunions et conférences pouvant accueillir jusqu’ à 300 personnes, précise Fabien Gastinel, DG du Fairmont Tazi Palace. Nous pouvons aménager chaque pièce selon les besoins de nos clients. Des rafraîchissements, collations et repas ou encore des espaces de networking en plein air peuvent également être organisés« . Car les extérieurs verdoyants qui se prêtent à des événements VIP, que ce soit sur le rooftop de la Suite Katara, dans les jardins andalous ou encore sur la terrasse de la piscine. Car piscine il y a évidemment, le tout s’ajoutant à un vaste spa côté détente.

Après cette ouverture au nord du Maroc, la marque mettra le cap le 28 novembre sur Rabat. La capitale marocaine verra en effet l’ouverture du Fairmont La Marina Rabat Salé, à la confluence de l’océan Atlantique et du Bouregreg. Cette situation, au bord de l’estuaire du fleuve, était propice au développement d’un resort urbain où « les voyageurs peuvent venir pour affaires et poursuivent leur séjour par un city break les pieds dans l’eau« , souligne Jérôme Lobier, directeur général de l’établissement. D’autant que le Fairmont La Marina Rabat Salé entend s’imposer comme un lieu phare de la capitale marocaine pour les déplacements business et les rencontres professionnelles avec, entre autres, un centre de conférences disposant de 7 salles de réunions, d’un lounge VIP Majliss et d’une ballroom de 500 m2.

A Rabat, un resort urbain orienté MICE

Pouvant accueillir 350 personnes en format théâtre, ce lieu modulable se prête autant aux séminaires qu’aux cocktails et dîners de gala, voire à l’organisation de stands d’exposition en parallèle d’un événement. Autre atout de ce centre de conférences, celui de ne pas être hébergé dans les murs de l’hôtel, mais d’être situé juste en face, avec une entrée dédiée. « Ce qui offre un parcours fluide et agréable, les participants pouvant être accueillis sans se mélanger à la clientèle individuelle« , selon le directeur de l’hôtel.

Dans le même ordre d’idée, tous les restaurants de l’hôtel sont ouverts sur la ville, sans que les clients extérieurs aient à passer par son lobby. En tout, le Fairmont La Marina Rabat Salé compte trois restaurants, dont un restaurant de cuisine marocaine et une brasserie française pensée comme ces halles contemporaines, dans un esprit « easy going ». C’est-à-dire une sorte de food court avec un banc d’écailler, deux grills et une rôtissoire entre autres. Quant au toit-terrasse – nul hôtel de renom aujourd’hui sans un rooftop attractif -, il accueille autour de sa piscine un bar lounge et un restaurant aux influences nikkei.

Lobby Lounge du Fairmont La Marina Rabat Salé.

Au total, l’hôtel propose 186 chambres, dont 27 suites, auxquelles s’ajoutent 88 appartements de 1 à 3 chambres. Des résidences privées qui pourront à l’occasion étendre l’offre de l’hôtel pour de longs séjours d’affaires. Dans cet inventaire, l’hôtel propose aussi des chambres et suites Gold avec service de majordome, conciergerie dédiée et accès au lounge. « Les clients qui choisissent cette expérience Gold pourront profiter aussi d’événements exclusifs régulièrement organisés avec des décideurs et chefs d’entreprise locaux« , précise Jérôme Lobier.

Car l’hôtellerie de Rabat, outre la sphère diplomatique et administrative propre à une capitale, profite de l’activité corporate d’une ville qui, sans avoir le poids économique de Casablanca, attire nombre de voyageurs d’affaires, en raison notamment de la proximité de la zone franche de Kenitra. « A voir la fréquentation des hôtels à Rabat, souvent pleins, un nouvel hôtel cinq étoiles était un vrai besoin« , remarque le directeur de l’hôtel. Cette fréquentation élevée soutient le développement d’hôtels 5 étoiles, une offre aujourd’hui condensée autour du Sofitel Le Jardin des Roses et du MGallery Le Diwan du côté de Accor, mais aussi de l’hôtel The View, du La Tour Hassan Palace, du Story, du Dawliz Rabat Art & Spa.

Alors qu’un Marriott s’est ajouté depuis peu à l’offre haut de gamme de la capitale marocaine, l’ouverture du Fairmont précède l’arrivée d’autres enseignes prestigieuses à Rabat telles Ritz-Carlton, Four Seasons, Conrad et sans doute InterContinental. « Il le faut pour faire rayonner la ville. Plus on est, plus son attractivité est grande« , estime Jérôme Lobier.

A une grosse heure de voiture de Casablanca et de son hub international, à 1h30 de Tanger en TGV, Rabat entend dépasser sa fonction de capitale administrative et se donner des airs de « ville lumière », agréable à vivre avec ses nombreux espaces verts, éminemment culturelle. Pour asseoir son rayonnement, Rabat n’est pas avare de grands projets comme la construction en cours du Grand Théâtre de Rabat, une des dernières œuvres de Zaha Hadid, ou de la tour Mohammed VI, qui sera une des plus hautes d’Afrique avec ses 250 mètres de haut et ses 55 étages, certains hébergeant un nouvel hôtel de luxe. En parallèle, son aéroport attend un deuxième terminal pour passer d’une capacité d’un million de passagers à quatre millions à l’horizon 2024.