Sodexo s’affirme sur le business travel avec Rydoo

Un peu plus d’un an après l’acquisition d’iAlbatros et Xpenditure, Sodexo précise ses ambitions sur le marché du voyage d’affaires avec le lancement de Rydoo. La nouvelle entité entend « couper les ponts » avec les acteurs traditionnels du business travel, en proposant un outil complet permettant de gérer les déplacements professionnels et les notes de frais.

Rydoo Sodexo
Didier Dumont (Sodexo), Sébastien Marchon (Rydoo) et Alexandre Pham (Deloitte), officialisant le lancement de Rydoo

Avec l’acquisition simultanée d’iAlbatros et Xpenditure en mars 2017, l’offensive de Sodexo sur le marché du voyage d’affaires n’était qu’une question de temps. Depuis le 5 juin, c’est officiel : un nouvel acteur fait une entrée remarquée dans l’écosystème du business travel, pourtant habitué aux effets d’annonce « disruptifs ». Rydoo – c’est son nom – entend incarner un nouveau concept de gouvernance, baptisé « corp-up ». En clair, plutôt que de fondre purement et simplement iAlbatros et Xpenditure au sein de Sodexo, l’objectif est d’exploiter à la fois la force de frappe d’un grand groupe et la réactivité des deux start-up, maintenues sur leurs sites respectifs en Pologne et en Belgique.

Au-delà de la « cuisine interne », c’est surtout l’expérience utilisateur et les fonctionnalités de Rydoo qui intéresseront le marché : la nouvelle solution dévoilée mardi s’articule donc autour de deux briques, Rydoo Travel et Rydoo Expense. La première couvre notamment la réservation dans l’aérien, le ferroviaire et l’hôtellerie avec quelque 800 000 établissements référencés. L’outil intègre également le paiement centralisé et peut être paramétré en fonction de la politique voyages de l’entreprise. Quant à la deuxième offre, Rydoo Expense, elle s’attaque comme son nom l’indique à la gestion des notes de frais en permettant de prendre une simple photo du justificatif avec son smartphone, sans même devoir conserver le document papier.

Vous aimez cet article ? Recevez notre newsletter

Avec Rydoo, Sodexo entend se démarquer à plus d’un titre. Sa solution est commercialisée sous la forme d’un abonnement dont le tarif débute à 6 euros par mois et par utilisateur actif, au lieu du frais de transaction habituel. En outre, le nouvel outil mise sur la simplicité, voire la standardisation. « Nous laissons le sur-mesure aux autres acteurs du marché », expliquent les responsables de Rydoo. L’entreprise cliente peut donc paramétrer Rydoo Travel à travers une trentaine de champs, mais sa marge de manœuvre n’est pas illimitée. Même chose pour le reporting, qui suivra un format unique. Cette standardisation permet de garantir un temps de déploiement restreint, bien inférieur aux solutions plus personnalisées selon les responsables de Rydoo.

Avec ce nouvel outil, Sodexo entend se démarquer d’une concurrence qui ciblerait essentiellement les grands comptes. Pour Sébastien Marchon, Pdg de Rydoo, « 83% des entreprises n’utilisent pas de solution de gestion des déplacements et des dépenses car aucune offre ne couvre toutes les étapes du déplacement, et les petites et moyennes entreprises ne voient pas l’intérêt de conclure quatre ou cinq contrats différents pour un budget voyages limité« . Rydoo cible donc le « mid-market », ce vivier d’entreprises dont les déplacements professionnels sont chiffrés de 200 000 à un million d’euros chaque année, gérés le plus souvent sur tableau Excel. « Notre concurrent principal, c’est la feuille de papier« , assure même Sébastien Marchon.

couper les ponts avec tous ces acteurs pour avancer plus vite qu’eux

Pour construire leur outil les responsables de Rydoo ont pourtant bel et bien jeté un œil averti sur les autres solutions existantes en matière de travel & expense. Leur constat est sans appel : les acteurs du business travel seraient pénalisés par des processus d’innovation trop longs, et l’interconnexion entre éditeurs, agences de voyages et autres GDS constituerait un frein à l’innovation. « Nous avons donc décidé de couper les ponts avec tous ces acteurs pour avancer plus vite qu’eux« , tranche Sébastien Marchon, Pdg de Rydoo. D’ailleurs, les responsables de Sodexo ont confirmé qu’ils ne ne connecteraient pas l’outil Rydoo avec une TMC, tout en refusant de désigner les agences comme de véritables concurrents. Les responsables de Rydoo entendent se placer au-dessus de la mêlée : « Nos concurrents ne sont ni les TMC, ni les éditeurs comme Concur ou KDS ni les solutions de paiement, puisque nous couvrons tous les aspects nous-mêmes« , assure Sébastien Marchon, précisant au passage que Rydoo intègre également un centre d’appel pour traiter en offline les dossiers complexes et les imprévus. Un call center rassemblant… des agents de voyages.

A peine lancé sur le marché du business travel, Rydoo est déjà tourné vers les prochaines étapes de son développement. Ainsi, la réservation de taxis et VTC devrait être intégrée d’ici la fin de l’année. Tout comme les plateformes d’hébergement collaboratif comme Airbnb voire la mise en place d’un chatbot pour fluidifier l’expérience utilisateur.