Thello attendu en octobre sur la ligne TGV Paris-Lyon-Milan

L'opérateur italien Thello pourrait venir concurrencer la SNCF sur une de ces principales lignes à grande vitesse avec des TGV Paris-Lyon-Turin-Milan.
Les rames Frecciarossa 1000, utilisées par Thello (c) fsnews.it
Les rames Frecciarossa 1000, utilisées par Thello (c) fsnews.it

Thello ne faisait pas mystère de son envie de venir concurrencer la SNCF sur ses terres, notamment sur la ligne à grande vitesse Paris-Lyon-Milan. Les ambitions de la compagnie, filiale du groupe national transalpin Trenitalia, avaient été dévoilées dès 2018. Un lancement était initialement attendu à l’été 2020, puis reporté en raison de la crise sanitaire. En parallèle, l’opérateur italien avait arrêté le 1er juillet dernier d’exploiter ses trains de nuit entre Paris et Venise, lancés en 2011, et sa ligne diurne Marseille-Nice-Milan, en activité depuis 2014. Un « au revoir » qui n’était pas pour autant synonyme d’adieux définitifs. « Thello prépare de nouveaux projets et est prête à affronter de nouveaux défis en France« , précise la compagnie sur son site.

D’ailleurs, son retour semble maintenant tout proche. Les débuts de la ligne TGV Paris-Lyon-Turin-Milan pourraient même avoir lieu dès octobre prochain. Selon le quotidien Les Echos, qui lui même reprend une information de la lettre spécialisée « Ville, Rail et Transports », une rame de l’opérateur est arrivée à Paris-Gare de Lyon fin août afin de réaliser des premiers tests avant sa mise en service.

Selon les sources citées, notamment l’Autorité de régulation des transports, Thello envisagerait de lancer deux allers-retours quotidiens au départ de Paris à destination de Turin et Milan. Une ligne qui relierait à grande vitesse la France et l’Italie, mais en vertu des règles internationales du cabotage, les passagers pourront aussi l’emprunter entre Paris et Lyon, une ligne très fréquentée par les voyageurs d’affaires et une des plus profitables pour la SNCF.

En ce qui concerne le matériel utilisé, les trains utilisés seront les fameuses « flèches rouges », les Frecciarossa 1000, fabriquées par Bombardier et Hitachi. Des trains à grande vitesse qui participent à la stratégie internationale de Trenitalia puisqu’on les verra bientôt circuler également en Espagne. En effet, le consortium ILSA, composé de Trenitalia et d’Air Nostrum, a reçu l’accord mi 2020 pour l’exploitation des lignes à grande vitesse Madrid-Barcelone, Madrid-Valence/Alicante et Madrid-Malaga/Séville. 23 rames Frecciarossa 1000 ont été commandées à cet effet et leur entrée en service est attendue en janvier 2022. Futurs concurrents en France, Trenitalia et la SNCF le seront donc aussi en Espagne où la compagnie française a lancé son offre Ouigo en mars dernier.