Trafic SNCF réduit, service minimum pour Eurostar

La SNCF a revu son programme à la baisse depuis le 10 janvier, pour faire face à l’impact du variant sur la demande, et sur ses effectifs. Moins de 10% des opérations sont assurées sur l'Eurostar.
SNCF
La SNCF revoit son offre à la baisse depuis le 10 janvier. Le voyage d'affaires à l'international est le plus amputé, notamment le réseau Eurostar

Depuis ce lundi, la SNCF a réduit ses opérations. En cause : la situation sanitaire, bien sûr, qui affecte non seulement la demande (-30% depuis le début de l’année sur le réseau TGV) mais aussi les équipes du groupe. « Il ne s’agit pas de suppressions inopinées de trains mais de plans de transports adaptés, qui peuvent tenir compte de la moindre fréquentation des voyageurs (en raison notamment du renforcement du télétravail comme l’a demandé le gouvernement) mais aussi de l’objectif d’assurer un plan de transport le plus fiable pour les voyageurs, prenant en compte les effets d’une moindre disponibilité des personnels SNCF concernés par le Covid », indique un porte-parole de la SNCF contacté lundi.

EurotarEurostar : moins de 10% des opérations assurées

Les déplacements professionnels à l’international seront les plus touchés, et tout particulièrement l’offre Eurostar réduite à moins de 10% de l’offre prévue. Soit un seul aller-retour par jour… Sur le réseau TGV, depuis le 10 janvier, l’offre initialement prévue sera assurée à hauteur de 90%, contre 80% pour les Intercités.

Le trafic du réseau Transilien devrait lui rester « quasi normal » au cours des prochains jours, mais les choses pourraient évoluer dès la semaine suivante. Par ailleurs, en ce qui concerne l’offre TER, des « adaptations locales sont opérées sur certains des plans de transport régionaux ». Mais la SNCF prévoit d’assurer 90% de ces opérations.