Cathay Pacific s’offre la low-cost Hong Kong Express

Cathay Pacific a confirmé l’acquisition du transporteur low cost Hong Kong Express pour une somme de 270 millions de dollars. Ce rachat, qui sera effectif en fin d’année, permettra au transporteur hongkongais de dominer totalement le transport aérien de l’ancienne colonie britannique.

Cathay Pacific
Cathay Pacific a officialisé l’acquisition de la compagnie low-cost Hong Kong Express

Née en 2013, Hong Kong Express est bien connue des passagers asiatiques. La compagnie exploite un réseau de 25 destinations, en particulier vers le Japon (11 villes), la Thaïlande (4) et la Corée (3). Hong Kong Express dessert aussi Taichung à Taiwan, les Iles Marianne, Ningbo en Chine, Danang et Nha Trang au Vietnam ainsi que Siem Reap au Cambodge. La compagnie appartient au groupe chinois HNA – également propriétaire de Hainan Airlines – fortement endetté. Hong Kong Express a transporté l’an passé 4,1 millions de passagers sur ses 24 appareils.

Une goutte d’eau comparé au géant Cathay, qui offre un réseau de 103 destinations sur ses 183 avions. Cathay a transporté 35,4 millions de passagers l’an dernier et dégagé un bénéfice de 2,4 milliards de dollars de Hong Kong (265 millions d’euros).

De fait, l’acquisition du transporteur low-cost par Cathay Pacific est un coup de maître puisqu’il donnera au groupe Swire – propriétaire de Cathay – le contrôle de trois des quatre compagnies aériennes de Hong Kong – à l’exception notable de Hong Kong Airlines, appartenant également au groupe HNA. En nombre de sièges, Cathay et Cathay Dragon disposaient en 2018 d’une part de marché de 40% qui atteindra 47% avec l’acquisition de Hong Kong Express.

Ce sera aussi la première acquisition majeure depuis le rachat de Dragonair en 2006, devenue depuis Cathay Dragon et spécialisée sur les vols régionaux, notamment vers la Chine et le Japon.

On ne peut jamais dire jamais dans le transport aérien

Après avoir nié que le low-cost impactait son trafic, Cathay Pacific avait changer son discours ces dernières années, ayant même évoqué l’été dernier la possible création d’une filiale à bas coûts, pour juguler la baisse de ses parts de marché à Hong Kong sur les segments non premium. Hong Kong Express apparaît comme une opportunité parfaite car la compagnie existe déjà depuis de nombreuses années, bénéficie d’une bonne implantation dans la région et surtout ne cannibalise pas l’offre premium de la marque phare Cathay.

Le PDG de Cathay, Rupert Hogg, a déjà affirmé que la marque et le concept budgétaire HK Express seraient maintenus, rassurant ainsi les voyageurs qui craignent un affaiblissement de la concurrence à Hong Kong.

Lors de la conférence de presse annonçant les résultats financiers de la compagnie pour 2018, le Chairman de Cathay John Slosar justifiait le revirement de Cathay. « On ne peut jamais dire jamais dans le transport aérien car c’est un business très dynamique dans lequel il faut être prêt à changer quand les opportunités se présentent », déclarait-il.