Pékin dessert un peu son étau pour les voyageurs internationaux

L'aviation civile chinoise vient d'annoncer qu'elle autorisait de nouveau les vols internationaux à destination de Pékin en provenance de huit pays. On est cependant encore loin d'une retour à une normalité totale puisque la quarantaine sera obligatoire pour tous les voyageurs. Mais les touristes et hommes d'affaires seront de nouveau admis, après plusieurs tests.

Pekin-vols
La Cité Interdite à Pékin (LC)

Six mois. Il aura fallu six mois pour que la Chine décide de lever en partie l‘interdiction à des voyageurs étrangers de se rendre dans son pays, avec toutes les restrictions levées pour le type de voyageur. Depuis donc une semaine, il est de nouveau possible de se rendre directement à Pékin. Un véritable événement, puisque tous les vols internationaux vers la capitale chinoise avaient été bannis depuis mars dernier. Les quelques fréquences aériennes en provenance de l’étranger devaient obligatoirement atterrir sur un aéroport tiers.

Les huit pays autorisés à rétablir des lignes aériennes sont le Cambodge, le Pakistan et la Thaïlande en Asie; le Canada en Amérique du Nord; l’Autriche, le Danemark, la Grèce et la Suède en Europe. Tous ces pays ont été sélectionnés en raison d’une faible contamination au covid-19. Il est donc peu probable que la France rejoigne ce groupe sur le court terme en raison du regain de la pandémie dans l’Hexagone.

En revanche, la France devrait faire partie d’une douzaine de pays avec lesquels le territoire de Hong Kong souhaiterait rapidement créer des corridors aériens (« travel bubble »).

Trois cas de covid se traduiront par le retour de l’interdiction de vol

Ainsi, la nouvelle à peine annoncée, un premier appareil d’Air China reliait dès le 3 septembre Pékin à Phnom Penh. Un vol symbolique, car le Cambodge est l’indéfectible allié du gouvernement chinois en Asie du Sud-Est. Une sorte de remerciement du gouvernement de Xi Jinping…

Tous les types de voyageurs sont de nouveau acceptés – y compris des touristes. Mais ils n’échappent cependant pas à des contrôles sanitaires très stricts. Un porte-parole de la ville de Pékin a ainsi précisé que les passagers doivent subir une quarantaine centralisée à leur arrivée à Pékin, et cela pendant 14 jours. Ils doivent de plus se soumettre à deux tests Covid-19.

Rien ne sera cependant définitivement acquis. Pékin a expliqué que la suspension des vols restera possible avec tout pays qui généreraient plus de trois cas importés de coronavirus dans la capitale. Les autorités chinoises ont déclaré que l’assouplissement des règles a été approuvé « alors que la prévention et le contrôle de la pandémie se normalisent désormais« .