Ciao Alitalia et benvenuti à ITA

Criblée de dettes depuis des années et décimée par le covid-19, Alitalia cède la place à une nouvelle entité aérienne publique, ITA.

Elle a symbolisé pendant 73 ans l’Italie à travers le monde. Le 9 octobre dernier, la compagnie Alitalia s’en est allée officiellement. Elle laisse la place à une nouvelle entité, ITA -Italia Trasporti Aereo. Il n’est pas encore sûr que ce nom soit conservé au final. Mais ce qui est en revanche sûr, c’est qu’Alitalia a vécu.

Le décret a été signé à la fin de la semaine dernière par le gouvernement. Il vise à fonder une nouvelle compagnie aérienne nationale publique, en remplacement de l’actuelle Alitalia, criblée de dettes. Cette dernière n’a plus fait de bénéfices depuis 2002 et la crise du covid a précipité sa déchéance.

« La refondation représente la première étape vers la création d’une compagnie de transport de haute qualité qui soit compétitive sur le marché international« , a déclaré le ministre des finances dans un communiqué.

« La nouvelle compagnie aérienne nationale naît aujourd’hui en nette discontinuité avec le passé et elle devra jouer un rôle de premier plan sur le marché international. Il s’agit d’une opération industrielle forte au service du pays pour soutenir la compétitivité de nos entreprises et pour la relance du tourisme italien », a expliqué pour sa part Le ministre italien des transports Paola De Micheli.

ITA prendra son envol début 2021

Le nouveau transporteur a pour nom ITA- Italia Trasporti Aero. Mais son nom commercial pourrait quelque peu différer. Paola De Micheli a de fait mentionné les noms « Alitalia ITA » ou encore « ITAliana ». Ce dernier nom aurait l’avantage de permettre au public d’assimiler immédiatement la nouvelle entité à l’Italie.

La compagnie sera à 100% aux mains de l’Etat mais il ne s’agit que d’une étape transitoire. Elle devra retourner aux mains du privé dès que possible.

Le gouvernement a déjà nommé vendredi les principaux responsables de la nouvelle compagnie aérienne. Ils doivent présenter dans les 30 jours un nouveau plan de développement du transporteur, valable pour cinq ans. Le gouvernement italien a déjà établi les modalités au renflouement financier de la compagnie à hauteur de trois milliards d’euros. La Commission Européenne devra ensuite approuver le plan de relance, puisqu’elle contrôle les aides d’État.

Selon les premières informations, ITA devrait officiellement opérer ses premiers vols au tout début 2021. Elle aurait une flotte de 90 avions avec la possibilité de l’élargir dans le futur à 100 appareils. Elle emploierait 6 500 personnes au lieu des 11 000 travaillant pour Alitalia. Et elle se concentrera particulièrement sur une offre long-courrier de haute-qualité depuis son hub de Rome Fiumicino. L’Asie et l’Amérique du Nord devraient avoir la priorité dans le futur développement d’ITA.

En attendant, les passagers nostalgiques de l’ancienne Alitalia auront encore quelques mois pour voyager sur le transporteur et admirer son logo sur les avions et en aéroports.