La fibre végétalienne et végétarienne touche l’hôtellerie

La vague végétarienne et végétalienne (vegan) se propage dans l'hôtellerie. C'est sur cette constatation qu'est née une association d'hôtels qui proposent des menus et gammes de produits adaptés aux voyageurs végétaliens ou végétariens (Vegan-welcome). Ou qui embrassent totalement un positionnement végétalien/végétarien pour les purs et durs !
Club sandwich vegan (Photo: Naturhotel Lechlife, Autriche)

Il s’agit plus d’une lame de fond qu’une simple mode ou tendance. Le segment végétarien/végétalien (végan) prend chaque jour un peu plus d’ampleur, recueillant de plus en plus d’adeptes.

Une étude de smartproteinproject.eu, financée par l’Union Européenne, estime que 37% des consommateurs européens seraient aujourd’hui flexitariens, pescetariens (consommateurs de poissons et fruits de mer), végétariens et végétaliens.

Le sondage a été effectué en juin 2021 auprès de 7 590 personnes dans dix pays en Europe. Hollandais et Roumains s’affichent les plus flexitariens (c’est à dire consommant alternativement viandes et produits végétaux). 10% des Allemands se déclarent végétariens ou végétaliens, le plus fort pourcentage des dix pays choisis pour l’enquête. La France est dans la moyenne européenne avec 37% de consommateurs d’une alimentation « alternative ». En revanche, seuls 6% des consommateurs se définissent dans l’Hexagone comme végétariens ou végans.

Habitudes de consommation en Europe (2021- en pourcentage)(Source: smartproteinproject.eu)

La vague végétale dans l’alimentation touche donc aussi les voyageurs d’affaires. D’où l’idée développée par l’Allemand Thomas Klein de créer une association d’hôtels spécialisée dans le segment du végétal.

Thomas Klein, fondateur de VeggieHotels et VeganWelcome.

« Il existe une forte demande pour des établissements hôteliers offrant au moins une option végétarienne/ végétalienne. Nous y répondons par deux sites internet recensant ces établissements. Le premier, Veggiehotels, créé en 2011, est exclusivement dédié aux hôtels purement végan/végétariens. Le second, VeganWelcome, a vu le jour en 2016. Il recense des hôtels de 3 à 5 étoiles proposant une alternative permanente de mets ou produits purement végétaux. Ce qui peut atteindre jusqu’à 50% d’une offre culinaire », décrit Thomas Klein.

Veggiehotels recense ainsi des établissements de toute catégorie dans 60 pays, soit un total de 440 hôtels et autres types d’hébergement. Veganwelcome a pour sa part dans son catalogue quelques 130 établissements.

L’Europe, terre des hôtels végétariens et végétaliens

L’Europe caracole en tête avec 272 Veggiehotels. De façon surprenante, c’est en Italie qu’on trouve le plus grand nombre d’établissements recensés par le site (55) suivi par l’Allemagne (54) et le Royaume-Uni (45).

La France a une offre conséquente avec 29 établissements. » Il s’agit dans beaucoup de cas de boutique hotels ou de chambres d’hôtes, » précise Thomas Klein. Il existe certainement encore des progrès à faire en France. Le site ne recense par exemple qu’un seul établissement à Paris- le HOY Hotel, avec sa cuisine végétarienne/végane.

Le champion toutes catégories dans le monde pour des hôtels végétariens/végétaliens reste cependant l’Inde (66 hôtels). Il existe en effet une culture traditionnelle du végétarisme, associée de fait à des principes religieux. En seconde position (hors d’Europe) se situent les Etats-Unis avec 43 établissements. « Notre portefeuille d’établissements s’accroît très rapidement. Cette année, nous accueillons 23 établissements supplémentaires comme notre premier hôtel aux Philippines », indique encore le créateur de VeggieHotels et VeganWelcome.

Certains pays resteront pourtant difficiles à convaincre. « En général, l’Europe orientale ou la Chine sont des pays où il existe une forte culture carnivore. La Russie tout comme la région du Golfe restent par exemple des tâches blanches sur notre carte. Et en Chine, il n’y a que très peu d’établissements se déclarant végans ou végétariens », décrit Thomas Klein.

Mais la demande du voyageur devrait aussi atteindre les destinations les plus « réticentes » à ce profond changement de consommation. La révolution dans les assiettes des hôtels est bien en marche !