L’Afrique affiche les meilleurs taux de reprise aérienne au départ de la France

Selon les statistiques de la DGAC, le trafic passagers en France continue sa reprise. C'est l'Afrique qui affiche le meilleur taux et le plus grand nombre de passagers sur les lignes intercontinentales. Le continent devient le troisième marché le plus important à l'international, derrière l'Union Européenne et l'Europe hors UE.
Aéroport de Toulouse (Photo: Luc Citrinot)

Le trafic aérien en France poursuit son amélioration selon les dernières statistiques de la DGAC qui courent sur la période janvier-août. Le nombre de passagers en France métropolitaine a représenté en août 87,5% de son niveau de trafic de 2019 et 77,1% en cumul depuis janvier. Ce qui se traduit par un trafic de 94 millions de passagers. Ce taux n’a cessé de s’améliorer depuis janvier 2022, où le trafic ne représentait que 50,1% de celui de 2019.

(Statistiques DGAC 20/09/22)

Envolée du trafic sur l’Afrique

En entrant dans les détails de l’analyse sur les huit mois de 2022, c’est l’Afrique qui affiche le taux de reprise le plus élevé. A fin août, le nombre de passagers (10,61 millions) représentait 80,4% du trafic sur la même période de 2019.

Au mois d’août, ce taux était même pratiquement à l’équilibre à 98,8%. Il est probable que ce taux sera supérieur à 100% en septembre par rapport à 2019. Cette remarquable performance est due à la forte reprise vers l’Afrique du Nord. En cumul à la fin août, Algérie, Maroc et Tunisie avaient vu plus de 7,6 millions de passagers. L’annonce de nouvelles capacités sur l’Algérie cet hiver par Air France, Transavia, Volotea et Vueling devrait encore stimuler ce trafic.

L’Union Européenne reste cependant le principal segment de la croissance du trafic à l’international. En cumul à la fin août, la France avait enregistré 38,94 millions de passagers vers ses 26 partenaires de l’UE. Soit un taux de reprise sur 8 mois de 82,1% par rapport à 2019. En août, ce taux a atteint 92,1%.

La reprise du trafic vers l’Allemagne et le Royaume-Uni à la traîne

En cumul, si l’Espagne a atteint à la fin août 90% de son niveau de 2019, l’Allemagne reste à la traîne avec un taux de reprise de 60%. Une situation due à la dépendance au trafic affaires, toujours en retrait depuis le début de l’année. Et également à la baisse conséquente des fréquences entre France et Allemagne. L’horaire d’Eurowings, la filiale low-cost de Lufthansa, reste anémique. Il manque encore chez Air France quelques lignes sur des villes aussi importantes que Brême ou Leipzig. Tandis que des liaisons de type Lyon-Stuttgart ont totalement disparu…

Hors UE, la Turquie affiche la plus forte progression. A la fin août, le trafic passagers depuis la France avait de nouveau surpassé son niveau de 2019, soit un taux de 103,9%. En août, ce taux de rattrapage se situait même à 107,9%.

En revanche, l’autre grande destination hors UE, le Royaume-Uni, souffre du même syndrome que l’Allemagne. La lente reprise du trafic affaires, ajoutée aux conséquences toujours visibles du Brexit sur le Royaume-Uni, pèse sur le trafic. Il atteignait à la fin août seulement 64,6% de son niveau de 2019.

Orly est l’un des aéroports qui profite le plus de la reprise (photo: LC)

L’Asie reste toujours le grand perdant de la reprise

A l’intercontinental, le niveau de trafic passagers à fin août atteignait 77,9% sur les Amériques avec 8,24 millions de voyageurs. Les Etats-Unis ont généré 4,82 millions de passagers (75,6% de taux de reprise). Mais c’est le Canada qui affiche le meilleur taux de reprise à 81,6%.

En revanche, le trafic avec l’Asie (incluant le Moyen-Orient) reste encore atone. Certes, il retrouve un niveau de reprise de 58,8% pour le seul mois d’août. Mais il ne représente en cumul que 47,4% du total passagers de 2019 entre janvier et août. Ce taux va s’améliorer dans les prochains mois avec les récentes réouvertures de Hong Kong, du Japon et Taïwan ainsi que de la montée en puissance des fréquences sur le Vietnam.

L’effet du trafic affaires à CDG, Lyon et Toulouse

Sur le transport domestique et les DROM, la reprise est sensible. Sur les lignes intérieures, le trafic passagers atteint à fin août 77,1% de son niveau de 2019 et même 87,5% en août. Soit 14 millions de passagers. Sur l’Outre-Mer, le taux reste plus faible à 51,9% en cumul sur les 8 premiers mois de 2022. Cependant, l’axe Paris-La Réunion se distingue avec un trafic passagers qui surpasse celui de 2019 (107,3%).

Enfin, les chiffres communiqués par la DGAC pour les aéroports confirment que ce sont toujours les voyages de loisirs qui tirent l’essentiel du trafic. Beauvais, Marseille et Orly affichent les meilleurs taux de reprise, respectivement à 110,9%, 86,4% et 85,5%.

En revanche, Lyon, Toulouse et Paris CDG ferment la marche, ces trois plates-formes étant plus dépendantes du trafic affaires. Le taux de reprise en cumul fin août atteignait respectivement 69,2%, 70,7% et 71,9%. A Roissy, le trafic en transfert sur le hub d’Air France reste inférieur de près de 3 points à ce qu’il était en 2019. Selon Aéroports de Paris, en cumul, il s’établissait à 20,3%. Ce qui représente près de 500 000 passagers en moins sur le segment correspondance sur les huit premiers mois.