Global Meeting Exchange : AccorHotels assume son statut global

L'événement Global Meeting Exchange organisé à Montréal a donné l’occasion aux responsables du groupe AccorHotels de venir à la rencontre des organisateurs d’événements du monde entier, et d’afficher leurs ambitions internationales sur les segments luxe et haut de gamme.
Global Meeting Exchange
La 7e édition de l'événement Global Meeting Exchange était organisée par AccorHotels à Montréal

La 7e édition du Global Meeting Exchange (GME) était organisée à Montréal au début du mois de mars. Plus de 250 invités ont ainsi convergé vers le Fairmont Queen Elizabeth, dont la rénovation chiffrée à quelque 140 millions de dollars (113,5 millions d’euros) méritait bien un tel coup de projecteur. A la faveur de ce vaste relooking, le plus grand hôtel de Montréal a d’ailleurs réussi à sédentariser la nouvelle star de l’événement corporate au sein de l’Espace C2, installé au dernier étage de l’hôtel Fairmont.

AccorHotels
Près de 250 invités ont participé au GME organisé par AccorHotels au Fairmont Queen Elizabeth

C’est donc dans ce cadre idoine que se sont tenues, quatre jours durant, les sessions de conférences, de rencontres et de négociations. Objectifs : faire un point sur la situation économique globale et les tendances actuelles – mesure du ROI, « festivalisation » des événements, « hospitalité augmentée » –, mais également cerner les attentes des acheteurs et des organisateurs, et bien sûr mettre en lumière l’offre du groupe hôtelier.

Ce septième Global Meeting Exchange n’a jamais si bien porté son nom : AccorHotels a définitivement revêtu le costume d’acteur global depuis l’acquisition de Fairmont Raffles Hotels International (FRHI) quelques mois plus tôt, modifiant le positionnement du groupe à la fois sur le segment de l’hôtellerie de luxe et sur le marché nord-américain. Les invités américains et canadiens, venus en nombre, ont ainsi eu l’occasion de se familiariser davantage avec le portefeuille du groupe hôtelier, et tout particulièrement des marques haut de gamme et meetings comme Sofitel et Pullman, encore discrètes sur le marché US.

Ils ont aussi pu s’enquérir des nouvelles enseignes tombées dans le giron du groupe au cours des mois précédents, comme Mama Shelter ou – dans un autre registre – onefinestay. Quant au nouvel arrivant Orient Express, l’exploitation de la prestigieuse enseigne demeure encore assez floue. Les premiers projets devraient pourtant se préciser prochainement, a priori dès le deuxième trimestre 2018.

AccorHotels ne s’en cache pas : le groupe a désormais un statut global à défendre et se donne les moyens de ses ambitions. Sur la scène de ces GME 2018, Chris Cahill n’a d’ailleurs pas manqué de souligner l’investissement de quelque 900 millions de dollars consenti par le groupe sur trois ans dans le cadre de la montée en gamme des établissements Fairmont à Washington, Seattle, ou encore Montréal.

Le CEO des marques luxe du groupe a aussi et surtout fixé le cap 2021. D’ici là, les enseignes haut de gamme – Raffles, Fairmont, Sofitel, M Gallery, Pullman, Swissôtel et Grand Mercure – devraient totaliser 647 établissements, contre 493 en 2018. Si plusieurs ouvertures stratégiques concernent le marché nord-américain, notamment le Fairmont récemment inauguré à Austin, le Fairmont Century Plaza à Los Angeles ou encore le Sofitel Mexico City Reforma, la stratégie d’ouvertures se focalise sur les marchés à plus forte croissance.

Le Moyen-Orient, l’Afrique et l’Asie auront donc les faveurs du groupe hôtelier au cours des mois à venir, qui seront également consacrés au dossier fidélisation. En effet, comme confirmé à Montréal, l’année 2018 sera également marquée par la fusion des programmes de fidélité FRHI et Le Club : une démarche là aussi globale, qui devrait être bien accueillie par les voyageurs d’affaires internationaux. Dans quelques mois, la 8e édition de ces Global Meeting Exchange, en 2019, offrira alors l’occasion de faire un point d’étape sur l’ascension du groupe hôtelier.