IATA veut faire sauter le verrou des slots pour les compagnies aériennes

IATA a demandé à suspendre temporairement les règles d’attribution de slots aux compagnies aériennes sur les quelque 200 aéroports mondiaux les plus utilisés. Ce qui pourrait se traduire par la suspension en cascade des vols sur ces plates-formes…

IATA
Alexandre de Juniac, à la tête de IATA

Alors que les avions se vident de leurs passagers en raison du coronavirus Covid-19, IATA vient de demander officiellement à ce que les règles d’attribution des slots soient temporairement suspendues. Une nouvelle qui pourrait passer inaperçue pour le voyageur si elle ne conduisait à une probable saignée des lignes aériennes. Car les slots – ces fameux créneaux horaires attribués chaque année aux compagnies aériennes sur les plates formes les plus encombrées – constituent le véritable sésame pour les transporteurs dans l’optique de la construction de leur réseau. L’attribution des slots garantit en fait à chaque compagnie aérienne la possibilité de consolider sa présence sur les grands aéroports. Selon IATA, environ 43% des passagers partent de plus de 200 aéroports coordonnés par les créneaux horaires dans le monde. Ces plates-formes reçoivent 1,5 milliard de passagers par an.

Actuellement, les règles d’attribution des créneaux horaires signifient que les compagnies aériennes doivent exploiter au moins 80 % des créneaux qui leur sont attribués dans des circonstances normales. En cas de non-respect de cette règle, la compagnie aérienne perd son droit au créneau horaire pour la saison équivalente suivante.

Ce mode de fonctionnement existe en Europe depuis 1993. La moitié des 200 aéroports sous le régime des slots sont de fait situés sur le continent. Ils incluent des plates-formes aussi importantes que Paris CDG et Paris Orly, Copenhague, Bruxelles, Genève et Zurich, tous les aéroports londoniens et milanais, Francfort, Düsseldorf et Munich ou encore Barcelone, Madrid et Vienne. En France, Nice et Lyon tombent également dans la catégorie des aéroports à slots tandis que Nantes pourrait rejoindre le club cette année.

Une situation que IATA souhaite pour l’instant suspendre alors que le trafic aérien s’effondre avec l’épidémie de coronavirus. Selon IATA, les transporteurs connaissent une réduction de 25 % à 30% de l’ensemble de leurs activités par rapport à l’année dernière, certaines compagnies observant même une chute de 100% de leurs activités vers certains marchés, à l’instar de l’Italie ou encore de Hong Kong. De nombreux transporteurs signalent également 50 % de no-show sur plusieurs marchés.

L’Association a donc contacté les autorités de régulation de l’aviation du monde entier pour demander à ce que les règles régissant l’utilisation des créneaux horaires dans les aéroports soient suspendues immédiatement et pour la saison 2020, en raison de l’impact du coronavirus. Ce qui devrait permettre de réduire le nombre de vols et de lignes sans risque de perdre les précieux slots pour la prochaine saison, qui devrait connaitre un retour à la normale. Si elle est approuvée, cette décision au niveau mondial verrait l’élimination et la fermeture temporaire de milliers de vols à travers la planète. Un vrai casse-tête pour les voyageurs continuant à se déplacer pour motif professionnel. Mais c’est le prix de la survie du secteur.