Les milieux d’affaires japonais implorent le gouvernement de rouvrir les frontières

Pour un pays aussi dépendant des exportations que le Japon, la fermeture de l'archipel nippon depuis maintenant un an et demi - à l'exception notable des Jeux Olympiques de Tokyo- est une catastrophe pour les milieux économiques.
De nombreux pays asiatiques comme le Japon se sont coupés des voyageurs long-courriers, mais également des pays voisins.
De nombreux pays asiatiques comme le Japon se sont coupés des voyageurs long-courriers, mais également des pays voisins.© StreetVJ/shutterstock.com

Le Keidanren, la très puissante et, normalement, influente Fédération des Entreprises Japonaises, a tiré lundi 6 septembre la sonnette d’alarme. L’économie japonaises s’affaiblit plus vite qu’il n’y paraît en raison de l’isolement de l’archipel. Le Keidanren présentait ce jour là une série de propositions visant à normaliser l’activité économique du pays.

Une demande pressante alors que la campagne de vaccination dans le pays montre des résultats encourageants. Lundi, 59% de la population japonaise avait reçu sa première dose de vaccin et 48% était déjà totalement vaccinée. Pour mémoire, au 1er juillet, il y avait tout juste 12% de Japonais totalement vaccinés!

« Plus de 80 % de la population sera entièrement vaccinée au cours des deux prochains mois. Si le taux de cas graves est drastiquement réduit, l’accent devra être mis sur un équilibre nécessaire entre les mesures contre la propagation du virus et les activités socio-économiques« , a déclaré Masakazu Tokura, chairman du Keidanren et également de Sumitomo Chemicals lors d’une conférence de presse.

Un Japon ouvert à tous, même aux non-vaccinés?

L’une des propositions du groupe est d’exempter les voyageurs entièrement vaccinés de la quarantaine obligatoire de 14 jours à l’entrée au Japon.

Si cette proposition est adoptée, elle pourrait accroître les voyages vers et depuis le Japon. Et ainsi, contribuer à stimuler l’activité économique. La Fédération souhaiterait de fait que le le gouvernement revoie ses restrictions générales en réponse à la pandémie, y compris donc l’interdiction quasi-totale d’entrée pour les ressortissants étrangers.

Le Keidanren demande même de faire un geste envers les voyageurs non-vaccinés en réduisant leur quarantaine obligatoire de 14 à 10 jours maximum. Pour faciliter les tests, Masakazu Tokura a également demandé au Premier Ministre Yoshihide Suga de permettre la vente des antigéniques en pharmacie. Le Premier ministre se serait montré ouvert à l’idée. Tout comme à celle de généraliser l’utilisation d’un passeport sanitaire pour accéder aux lieux où se retrouve le public. Ce passeport vaccinale existe déjà mais uniquement pour les voyages à l’international.

Le Keidanren a déjà reçu un soutien du comité gouvernemental des experts sanitaires en charge de la surveillance de la pandémie. Eux aussi souhaitent que le gouvernement assouplisse ses restrictions. Notamment pour les déplacements d’une préfecture à l’autre.

Les contrôles stricts du COVID pèsent effectivement sur le tourisme japonais. Ce dernier avait connu un développement brillant au cours de la dernière décennie, passant de 15 millions à près de 32 millions de touristes en 2019. L’an dernier, le nombre de visiteurs au Japon a chuté de 87 %, à 4,11 millions.

Un début d’allègement des mesures de restriction vient d’avoir lieu. Le gouvernement envisage ainsi d’autoriser les restaurants à vendre de nouveau de l’alcool. C’est la politique du »pas-à-pas » prônée par le 1er Ministre. Tout espoir n’est donc pas perdu…

ENCADRE

Les compagnies japonaises doublent leur surcharge kérosène sur l’Europe

Ce sera la mauvaise surprise du début de l’automne. Les deux compagnies internationales All Nippon Airways et Japan Airlines augmentent la surcharge carburant sur les vols. Et la note sera salée… 

Narita Airport | The Official Tokyo Travel Guide, GO TOKYO
Tokyo Narita (Photo: Go Tokyo)

Alors que le trafic aérien entre le Japon et le reste du monde reste anémique face à un Japon obstiné à garder ses frontières closes, les deux géants japonais de l’aviation internationale, All Nippon Airways (ANA) et Japan Airlines (JAL) viennent de prendre une décision qui ne fera guère plaisir aux voyageurs.

A partir du 1er octobre, la surcharge fuel perçue par trajet va augmenter. Elle double ainsi sur les vols au départ d’Europe, passant de 47 US$ (JAL) ou 48 US$ (ANA) à 95 dollars. Cette fois-ci, cette surcharge est à l’unisson chez les deux compagnies. Sur les vols vers l’Inde, l’Indonésie ou Hawaii, le passager paiera dorénavant 54 US$ au lieu de 28, sur l’Asie du sud-est 41 US$ ou 28 US$ -selon le pays- au lieu de respectivement 20 US$ ou 14 US$.

Sur la Chine Populaire, Hong Kong ainsi que Taïwan, le montant de la surcharge triple de 7 US$ à 21 US$ tandis que sur la Corée du Sud, elle passe de 2 US$ à 4 US$ sur JAL et de 3 US$ à 5 US$ sur ANA.