Rome EUR : la dynamique des congrès

Symbole de l'architecture moderniste de l'époque mussolinienne, le quartier d'affaires EUR s'enrichit aujourd'hui d'un nouveau centre de congrès futuriste signé Massimiliano Fuksas.

Le quartier d’affaires EUR – acronyme de Esposizione Universale di Roma – est situé au sud de la Ville Eternelle, entre le centre historique et l’aéroport de Fiumicino. Commencé à la fin des années 1930 sous Mussolini et achevé avant les JO de 1960, il est réputé pour son architecture moderniste. Comme beaucoup de quartiers business de par le monde, il manque d’animation le soir venu et offre peu d’options d’hôtels, ce qui devrait changer avec l’ouverture prochaine du Hilton à côté du nouveau centre de congrès.

Dès lors, pour les voyageurs d’affaires souhaitant séjourner au centre de la capitale italienne, le choix le plus adéquat repose sur un établissement situé à proximité du métro pour pouvoir se déplacer efficacement, Rome n’usurpant pas sa réputation de ville anarchique à la circulation chaotique. Si le cœur de la Rome antique n’est pas directement relié à EUR, les environs de la gare de Termini et de la piazza della Repubblica – qui recèle de nombreux palais Renaissance transformés en hôtels – sont facilement rejoints depuis le quartier d’affaires, de même que le quartier plus branché de Monti ou encore celui des ambassades et ministères, près de la place d’Espagne ou de la Piazza Barberini. Autres alternatives moins centrales : le quartier de l’Aventino, plus proche de EUR, et celui du Trastevere sur la rive gauche du Tibre, moins congestionné et plus facile d’accès.

Novula, le nouveau centre de congrès qui dynamise l’EUR

Prouesse architecturale et artistique de Massimiliano Fuksas, le Roma Convention Center Novula a été inauguré le 29 octobre 2016, après neuf ans de travaux. Ce lieu événementiel donne une nouvelle impulsion économique au quartier de l’EUR qui, jusqu’à présent, était resté fermé sur lui-même. Surnommé par les journaliste la « Novula di Fuksas » – le « nuage » de Fuksas –, l’auditorium semble flotter comme un nuage dans ce que l’artiste appelle « la Teca », c’est à dire la « vitrine ». Cette immense cage de verre, d’acier et de pierre de 40 mètres de haut porte l’auditorium et pèse l’équivalent de quatre tours Eiffel !

C’est toute l’originalité de cet édifice futuriste de 60 000 m2, devenu l’un des plus emblématiques de la Rome moderne. Cette structure sur trois étages, ultra flexible, peut accueillir congrès, expositions et salons avec sa capacité de près de 8000 places, dont 1800 places dans le fameux auditorium, à l’acoustique exceptionnelle pour des représentations musicales ou théâtrales et qui qui peut être réservé indépendamment.

Au sous-sol, les salles de conférences comptent 6000 places, dans un espace de 9000 m2 très flexible grâce à un système de parois mobiles. Au 1er étage, on trouve un immense hall de 2500 m2. Pour les événements de grande taille, un espace polyvalent de 6000 m2 est situé sous l’auditorium. L’ensemble est éco-conçu et compte notamment des panneaux photovoltaïques, un système de climatisation variable selon l’occupation des salles, des protection anti radiations pour limiter l’accumulation de chaleur par les vitres.

Objectif du projet : « Projeter Rome sur le marché du tourisme de congrès internationaux », a déclaré Roberto Diacetti, président de Eur Spa qui détient l’ensemble, contrôlée à 90% par le Ministère de l’Economie et à 10% par la mairie de Rome Capitale. La structure qui a coûté 363 millions d’euros, vise à terme une occupation de 190 jours par an à plein régime, soit 200 000 à 300 000 congressistes pour un impact économique de 300 millions d’euros annuels. Taillé pour le secteur MICE, la Novula vient désormais concurrencer Milan dans l’organisation de conférences, salons et séminaires internationaux, tandis que la Fiera di Roma continuera à accueillir des salons plus réduits et grand public.

A côté du centre de congrès, se dresse la « lama », la lame, un hôtel de luxe de verre et d’acier tout en verticalité, conçu comme une structure indépendante, équipé de deux restaurants et un spa. Il vient d’être cédé pour 50,6 millions d’euros à Icarus Spa en décembre dernier, qui confiera la gestion de l’établissement à Hilton. Le groupe hôtelier, qui dispose notamment de deux hôtels à l’aéroport de Fiumicino, s’offre un immense building de verre de 29 000 m2 de 439 chambres. Son ouverture prochaine, à l’horizon 2019, est attendue avec impatience.

 

A lire aussi dans ce dossier : Rome : carnet d’adresses