Le tourisme de Hong Kong mis à mal par le covid

Hong Kong aura perdu son statut de "hub du tourisme" en Asie en raison d'une chute de ses visiteurs domestiques (Chine continentale) et la dégradation de son image internationale ailleurs. Le territoire aura connu sa plus mauvaise année depuis trente ans en 2020.
baie de Hong Kong (photo:DR)

Confrontées à l’effondrement des voyages avec la pandémie de coronavirus, les arrivées à Hong Kong ont chuté de près de 94 % par rapport à l’année précédente. En 2019, la SAR de Hong Kong avait accueilli près de 56 millions de visiteurs internationaux. Ce chiffre incluait notamment plus de 43,5 millions de visiteurs de Chine continentale.

Ce résultat marquait pourtant une baisse, beaucoup de touristes ayant boudé en 2019 la destination en raison des manifestations anti-gouvernementales. Le tourisme à Hong Kong avait en fait atteint un record absolu en 2018, avec plus de 65 millions de visiteurs. Sur ce nombre, les marchés long-courrier générait alors plus de deux millions de voyageurs. L’Europe représentait encore plus de 720,000 voyageurs.

Selon les chiffres provisoires de l’office de tourisme de Hong Kong, l’ancien territoire britannique aura enregistré 3,57 millions d’arrivées l’an passé. Il s’agit d’un bas historique sur les trente dernières années pour ce qui fut la première destination internationale en Asie. L’essentiel de ce résultat a été d’ailleurs obtenu en janvier 2020, la ville fermant ses frontières au moment du Nouvel An chinois.

Le nombre d’Européens a représenté un tiers des 330 000 visiteurs long-courrier. Le nombre de Français à Hong Kong de janvier à novembre 2020 a atteint 13 300, une baisse de 92% sur l’année précédente.

Le tourisme d’affaires durablement affecté

La destination tourisme d’affaires à Hong Kong a pratiquement disparu dans ce marasme. Toutes les manifestations MICE et congrès ont été de fait annulées.

L’office de tourisme HKTB a pris cependant l’initiative d’une plateforme en ligne d’échanges pour les professionnels. Celle-ci met en relation les entreprises intéressées par l’organisation d’événements MICE à Hong Kong avec des prestataires locaux. Selon le HKTB, plus de 500 entreprises de Hong Kong et du continent, et à organiser plus de 1 300 réunions.

Les perspectives d’une amélioration à court terme sont médiocres. Près de 12 mois après le signalement des premiers cas, la ville est toujours pratiquement fermée. De toutes les frontières, seuls trois sont ouverts. Ce sont le pont Hong Kong-Zhuhai-Macau, le port de la baie de Shenzhen et l’aéroport.

Les conditions d’entrée sur le territoire restent en effet excessivement strictes. Depuis la fin décembre, Hong Kong impose une semaine de plus en quarantaine pour les voyageurs arrivant de l’étranger. Soit 21 jours au total. La quarantaine doit de plus se faire Les trois semaines d’isolement doivent être passées dans l’un des 36 hôtels désignés par le gouvernement.

Un autre facteur risque de ralentir un peu plus le retour de Hong Kong comme destination affaires internationale. Beaucoup de voyageurs craignent en effet la nouvelle loi sur la sécurité mise en place par la Chine. Celle-s’applique à toute personne représentant un danger envers la République Populaire de Chine -une notion plutôt vague dans sa formulation.

Dans un séminaire organisé par l’Association de Voyages Asie Pacifique PATA, l’analyste Haiyan Song de l’Université polytechnique de Hong Kong se montre d’un optimisme mesuré. Dans ces pronostiques, il indique que 2021 restera encore difficile. Même s’il indique un redressement sera rapide en 2022 et 2023, grâce au retour des Chinois du continent.