Interview : Nicolas Henin, Directeur Général Adjoint Commercial, Transavia

Nicolas Henin, directeur général adjoint de Transavia, trace les perspectives de croissance de la compagnie low-cost en 2021.
Transavia
"Nous augmentons nos capacités sur les lignes domestiques transversales", explique Nicolas Henin (Transavia)

La montée en puissance de Transavia est désormais visible, le transporteur continuant à renforcer son réseau domestique et international depuis ses principales bases. Nicolas Henin, Directeur Général Adjoint Commercial de Transavia évoque les perspectives de la compagnie dans un entretien exclusif.

Suite à la restructuration du réseau domestique d’Air France, où en est-on aujourd’hui de la desserte intérieure de Transavia? 

Nicolas Henin – La trajectoire de Transavia s’est dessinée à l’été dernier quand Air France a organisé sa restructuration. Le groupe avait alors décidé de transférer une partie de ses lignes domestiques à Transavia. Nous nous sommes ainsi installés en novembre sur l’axe Orly-Biarritz. En décembre a suivi le transfert des premières lignes transversales de Nantes vers Marseille, Montpellier, Nice et Toulouse. Se sont adjointes des liaisons au départ de Montpellier et Brest en février.

Quelles sont les nouveautés domestiques ce printemps ?

Transavia
Nicolas Henin, Directeur Général Adjoint Commercial de Transavia

Nicolas Henin – Au départ d’Orly, nous lançons le 29 mars trois vols quotidiens sur Toulon et deux vols quotidien sur Brest. Et pour ce printemps, nous lançons le 29 mars des vols entre Orly et Brest. Nous augmentons également nos capacités sur les lignes domestiques transversales. Et nous ajoutons des vols saisonniers depuis Montpellier et Nantes sur la Corse. Il y a une montée en puissance à Brest qui est désormais relié à dix destinations françaises.

Comment voyez-vous l’évolution de ce réseau à court terme?

Nicolas Henin – C’est une question à laquelle il est encore difficile de répondre car nous nous trouvons toujours dans un environnement très volatile. Notre réseau domestique va certainement continuer à s’étoffer d’autant que nous prévoyons une reprise du trafic VFR (affinitaire) et de loisirs. Ce trafic est le premier à retrouver des couleurs bien avant que ne revienne le trafic affaires. Les lignes transversales offrent d’excellentes perspectives de croissance. Elles restent à l’abri de la concurrence TGV notamment.

Rien n’est pire que l’incertitude et le manque d’harmonisation à l’intérieur de l’espace Schengen

Comment évaluez-vous la situation sur vos lignes en Europe?

Nicolas Henin – A l’international, tout dépendra de la réouverture des frontières. Mais notre agilité à nous adapter à l’environnement aérien nous permet de passer d’un pays à un autre. Rien n’est pire que l’incertitude et le manque d’harmonisation à l’intérieur de l’espace Schengen. C’est certainement le cœur de nos difficultés pour amorcer une reprise de la demande sur l’Europe.

Quelles perspectives peut-on tout de même avoir sur un trafic combinant loisirs et affaires? 

Nicolas Henin – Historiquement, nous avons toujours eu un trafic mixte sur l’Espagne et le Portugal. Avant la pandémie, nous étions sur quatre vols quotidiens vers Madrid mais aussi vers Lisbonne depuis Orly. Porto était même notre ligne phare avec six vols quotidiens ce qui attirait également les hommes d’affaires. L’Espagne et le Portugal offrent toujours un bon mixte dans la typologie des trafics même si la reprise est effectivement plus lente pour le segment affaires.

Est-il facile pour Transavia de s’imposer sur ce segment affaires?

Nicolas Henin – Oui car nous étoffons notre offre notamment sur les lignes domestiques. Nous offrons ainsi pour les hommes d’affaires un tarif « MAX ». Pour un supplément de 55€ sur les liaisons domestiques, le passager bénéficie de la flexibilité de son billet ainsi que d’un embarquement prioritaire. Nos passagers gagnent également des miles sur le programme d’Air France-KLM « Flying Blue » ce qui est évidemment un avantage par rapport à la concurrence low-cost. Nous travaillons d’ailleurs sur un barème et une offre encore plus attractifs pour les prochains mois.