Le transport aérien régional britannique perd Flybe

La chute du trafic aérien liée au coronavirus précipite la chute de Flybe, moins de deux mois après le sauvetage du transporteur annoncé par le gouvernement britannique. La disparition laisse un trou béant dans la couverture régionale du Royaume-Uni.

Flybe
La fin des opérations de Flybe vient d'être officialisée

Le message de l’aviation civile britannique (CAA) sur Twitter jeudi matin était laconique: « Flybe est entré en liquidation. Tous les vols Flybe sont annulés. Veuillez ne pas vous rendre à l’aéroport car votre vol Flybe ne sera pas opérationnel. Pour les vols opérés par des partenaires franchisés, les passagers doivent prendre contact avec leur compagnie aérienne. #Flybe ». Clap de fin donc pour la plus importante compagnie régionale européenne, Flybe représentant plus de 30% des capacités et près de 40% des fréquences sur les lignes intérieures britanniques en 2018. Elle transportait huit millions de passagers annuels. La mise en liquidation se traduit effectivement par la suspension immédiate de toutes les lignes exploitées par le transporteur, soit quelque 200 routes. La compagnie proposait ainsi une dizaine de lignes sur la France notamment.

La compagnie aérienne était en grande difficulté financière, affaiblie par la concurrence, le ralentissement de la conjoncture britannique avec le Brexit et la hausse du cours du pétrole à la fin de l’année dernière. Le gouvernement de Boris Johnson avait promis en janvier de débloquer 100 millions de livres pour assister la compagnie et lui éviter une mise en faillite. Sauf que le budget ne devait être débloqué que la semaine prochaine, tandis que les pertes s’accéléraient en raison de la désaffection des passagers avec la crise du coronavirus. D’où la décision par les propriétaires de la compagnie aérienne, Connect Airways – un consortium composé de Virgin Atlantic, Stobart Air et du fonds spéculatif Cyrus Capital – de mettre un terme à l’activité de Flybe, un peu plus d’un an après l’avoir achetée. Le directeur général de la compagnie, Mark Anderson, a déclaré qu’elle avait été « incapable de surmonter d’importants problèmes de financement ».

Le gouvernement travaille maintenant à une solution urgente pour pallier à la défection de Flybe. Le secrétaire aux transports, Grant Shapps, a déclaré que le gouvernement « travaillait d’urgence » avec l’industrie aérienne pour « aider à redistribuer les routes aériennes clés à d’autres compagnies aériennes dès que possible ». Certaines régions britanniques sont particulièrement touchées comme l’Irlande du Nord où sur l’aéroport de Belfast City, Flybe représentait 70% du trafic avec une très forte part de marché sur Belfast City-Birmingham et Belfast City-Manchester. A Southampton, cette part s’élevait même à 92% tandis qu’à Cardiff, la capitale du Pays de Galles, ce chiffre atteignait tout de même 42% de toutes les capacités offertes sur les lignes domestiques.

En attendant, le gouvernement a demandé aux compagnies ferroviaires, dont notamment First Rail (un consortium gérant Great Western Railway, South Western Railway, TransPennine Express et Avanti West Coast) d’acheminer gratuitement les passagers de Flybe. EasyJet proposent également des tarifs réduits aux passagers.