Air France envisage son avenir sans l‘Airbus A380

Air France veut mettre à la retraite ses Airbus A380 a l’horizon 2023/2024. Une décision qui montre que le géant de l’avionneur européen est condamné à entrer plus rapidement que prévu dans les livres d’histoire de l’aviation.

Air France
Air France s'apprêterait à tourner le dos à l'A380

La décision d’Emirates avait porté un coup fatal au programme de l’Airbus A380 qui va officiellement s’arrêter avec la livraison de la dernière douzaine d’appareils de ce type à la compagnie de Dubaï. Chez Air France, pourtant l’une des compagnies historiques de l’A380 avec la réception des premiers avions en 2009, les premiers signaux de désamour envers le géant des cieux remontent à 2016. La compagnie annonçait alors renoncer à la livraison de deux Airbus A380 supplémentaires en faveur du nouvel Airbus A350. Puis, en novembre 2018, le nouveau PDG de la compagnie Benjamin Smith proclamait à son tour vouloir réduire à seulement cinq appareils l’actuelle flotte de dix A380 en service. Cinq de ces appareils sont en fait en leasing et seront rendus à leur propriétaire.

Dans le même temps, Benjamin Smith indiquait qu’Air France allait tout de même conserver une partie de ses Airbus A380. La compagnie est en effet propriétaire de cinq appareils et leur location, voire leur vente a un transporteur tiers, s’avère désormais difficile. Thai Airways ou Malaysia Airlines en Asie en savent quelque chose, les deux transporteurs étant dans l’incapacité de vendre leurs A380 sur le marché de l’occasion, malgré leurs efforts depuis plusieurs années pour se débarrasser de leurs appareils.

L’A380 est en fait peu populaire pour Benjamin Smith, qui lui préfère des avions de plus petite capacité offrant davantage de flexibilité pour leur insertion sur des lignes secondaires et pour leur configuration de cabine. On dit aussi que l’actuel PDG est excédé par la multiplication d’incidents sur les Airbus A380 ces derniers temps.

Pourtant le géant des cieux reste plébiscité par les passagers, qui aiment l’espace offert à bord. Et il reste idéal pour la desserte de certaines lignes long courrier à très fort potentiel, là où les créneaux horaires sont difficiles à obtenir. C’est par exemple le cas sur Shanghai, Johannesburg, New York ou Los Angeles. Ces appareils, dont le coût s’élève à plus de 400 millions de dollars l’unité, ne se rentabilisent que sur le long terme. Ils devraient donc voler jusqu’en 2023/2024. Ils auront alors quinze ans d’âge et seront bon à être remisés.

Vous aimez cet article ? Recevez notre newsletter

En revanche, un programme de rénovation des cabines de l’A380 ne sera alors plus d’actualité pour les Airbus A380 avec cette perspective de mise à la retraite. Il est probable que le siège affaires pourrait être modernisé – histoire de ne pas dévaluer le produit Air France – sans passer nécessairement par une refonte complète en cabine.

La direction de la communication d’Air France ne confirme pas pour autant le retrait des appareils à l’horizon 2023/2024, même si plusieurs media en ont fait mention. Une annonce devrait être faite probablement à la fin juillet avec la publication des résultats du premier semestre. On devrait également apprendre à ce moment là quels futurs appareils la compagnie a décidé de commander. Air France penche pour l’Airbus A220 ou l’A320 neo tandis que sur le long-courrier, la compagnie lorgne désormais vers le Boeing B787, l’A330 neo, voire éventuellement l’Airbus A350-1000. Elle pourrait négocier avec Airbus un accord comme celui qu’avait conclu Lufthansa en mars. La compagnie aérienne allemande avait alors commandé 20 A350-900 supplémentaires et vendu en retour six A380 à l’avionneur européen.